violences sexistes

Heureusement que Macron a pris soin, en début de mandat, de déclarer l’égalité femmes-hommes comme « grande cause du quinquennat »… Cette blague amère avait déjà fait long feu, notamment autour de la promesse à nouveau piétinée d’un ministère dédié aux questions des droits des femmes.

Les violences faites aux femmes recouvrent un ensemble de faits allant de l’injure sexiste aux féminicides en passant par les agressions sexuelles et les viols.
Contre les violences faites aux femmes, contre la répression et les intimidations.
« Vous êtes dans des conditions de travail très dures, avec même des formes de violences au travail, jusqu’au viol de cette collègue par un directeur de l’hôtel […].
Mardi 3 septembre a débuté le Grenelle contre les violences conjugales, annoncé en juillet dernier par Marlène Schiappa. Il se déroule alors que plus de 100 femmes ont déjà été assassinées cette année par leur conjoint ou ex-conjoint. 
76 femmes ont étés assassinées par leur conjoint ou ex, depuis le début de l’année en France. On compte déjà 305 féminicides depuis le début du quinquennat de Macron. Le constat est accablant.
Le 7 juillet a été décompté un 75e féminicide depuis le 1er janvier 2019 : une femme a été assassinée dans les Yvelines. Alors que de nombreuses associations féministes se mobilisent contre les féminicides depuis plusieurs mois.
Si le premier lieu des violences envers les femmes reste le foyer, une série d’événements récents a mis en lumière l’ampleur des phénomènes de violences au travail.
« L’affaire Baupin » est exemplaire à de nombreux égards. Tout d’abord, elle met en lumière toutes les caractéristiques des affaires de violences constamment dénoncées par les féministes. Ensuite elle soulève des questions sur les évolutions législatives et sociales.
Retour sur l'année 2018, qui aura confirmé deux choses : la tendance mondiale au développement des luttes féministes par en bas et la multiplication des remises en cause directes et indirectes par les États des droits des femmes et des LGBTI

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à violences sexistes