violences sexistes

Heureusement que Macron a pris soin, en début de mandat, de déclarer l’égalité femmes-hommes comme « grande cause du quinquennat »… Cette blague amère avait déjà fait long feu, notamment autour de la promesse à nouveau piétinée d’un ministère dédié aux questions des droits des femmes.

Partout dans le monde, les violences sexuelles ont augmenté de façon considérable pendant le confinement. Celui-ci n’empêche pas la mobilisation, comme cela est le cas au Maroc.
Le confinement est arrivé brutalement, après les errements du gouvernement, le maintien des élections municipales, Blanquer affirmant que les écoles ne fermeront jamais… Puis le confinement, accompagné des nouvelles règles de distanciation physique, a modifié profondément et de manière autoritair
Alors que nous terminons la quatrième semaine de confinement en France, le constat est sans appel : les violences à l’encontre des femmes sont en hausse. Ainsi, du propre aveu de la police, lesDviolences conjugales se sont accrues de 30%.
La compétence prioritaire des Conseils départementaux est l’action sanitaire et sociale.
Depuis le début du confinement, les témoignages affluent de la part de femmes qui se sentent de plus en plus en insécurité dans la rue. La page PayeTonConfinement les recense.
Lorena Quaranta était étudiante en médecine. Elle avait à peine 27 ans lorsqu’elle a été étranglée par son conjoint infirmer qui l’accusait de l’avoir contaminé au Covid-19.
«Les monstres ça n’existe pas. C’est la société. » C’est par ces mots que s’est exprimée Adèle Haenel, le 4 novembre 2019 dans un live de Mediapart, après avoir dénoncé les multiples agressions sexuelles de Christophe Ruggia à son encontre pendant son adolescence.
Ce vendredi 28 février, la cérémonie de la 45e édition des Césars s’est déroulée dans une ambiance particulièrement tendue après la nomination sur douze catégories du film J’accuse de Roman Polanski.
Harvey Weinstein, le producteur américain, a été reconnu, lundi 24 février, coupable d’agression sexuelle avec violence et de viol au troisième degré (c'est-à-dire, selon la loi étatsunienne, sans consentement mais sans violence physique) par un tribunal de New York.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à violences sexistes