Union Européenne

Le 24 septembre dernier, les onze magistrats de la cour suprême du Royaume-Uni, à l’unanimité, jugeaient « illégale, nulle et sans effet » la suspension (« prorogation ») du Parlement décidée au début du mois par le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Des milliers de Polonais ont manifesté ce dimanche 16 juillet contre des lois plaçant la justice sous la coupe du pouvoir. Mais le pouvoir polonais national-conservateur n’est pas en péril, et l’Union européenne se contente d’observations modérées.
L’Union européenne est aujourd’hui dans l’impasse. Mais il n’est pas exclu que, dans un contexte incertain, l’Allemagne, en association avec la France, ne fasse pas un effort volontariste pour inversaer partiellement la tendance.
Au matin du 24 juin 2016, on apprenait que 51,9 % des électeurs britanniques avaient décidé de quitter l’Union européenne. Quelles étaient les raisons de ce vote ? Et quelles sont aujourd’hui les perspectives pour les Britanniques et pour les habitants du continent européen ?
Dès le lendemain de sa prise de fonction, Macron était à Berlin pour rencontrer Merkel. Les nationalistes et « patriotes » de toutes nuances vont sans doute présenter cette visite comme celle d’un vassal à sa suzeraine. En fait, l’Europe à laquelle Macron a prêté allégeance est celle du capital.
Les réponses que les partis institutionnels proposent dans la campagne présidentielle entérinent l’explosion en cours, l’Europe à géométrie variable, et ne font qu’accentuer, d’une façon ou d’une autre, la crise qu’elles prétendent surmonter.
Une nouvelle baisse des retraites, déjà réduites en moyenne de 40 %, 14e baisse depuis 2010 (!), ainsi qu’une libéralisation plus poussée des licenciements, ou même l’imposition des bas salaires, sont notamment au menu des « discussions » actuelles de la troïka.
Un processus de fragmentation de l’Union européenne semble s’engager du fait de l’incapacité des gouvernements à s’accorder.
La crise, c’est aussi la guerre de classes. Et dans cette guerre se joue la situation des salariéEs dont divers indicateurs statistiques montrent la détérioration.
Les dirigeants et défenseurs de l’Europe capitaliste ne cachent pas leur inquiétude et surtout leur doute sur leur capacité à enrayer ce que leur politique a elle-même engendré.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Union Européenne