Union Européenne

Mardi matin 21 juillet, la machine médiatique a célébré un « accord historique » transformant l’Union européenne en un espace de solidarité avec mutualisation des dettes et transferts budgétaires.

C'est un vrai scandale qui en dit long sur les objectifs politiques de l'Union européenne.
Appeal-for-European-Conf-French-18-Feb.pdf
Olivier Besancenot y prendra la parole au nom du NPA....
Victimes des politiques d’austérité menée par les gouvernements de droite ou de gauche, les peuples d’Europe se mobilisent de plus en plus dans des actions de résistance.
En juillet-août 2011, les bourses ont été ébranlées une nouvelle fois au niveau international. La crise s’est approfondie dans l’Union européenne, en particulier en matière de dettes.
Sans surprise, le sommet franco-allemand débouche sur la réaffirmation de l’austérité.
La Grèce, l’Irlande et le Portugal sont les trois premiers pays de la zone euro à être passés sous la tutelle directe de leurs créanciers en concluant des plans d’ « aide » avec la « Troïka » composée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétair
Le déroulement de la crise peut se résumer de manière simple: le capitalisme s’est reproduit durant les deux décennies précédant la crise en accumulant une montagne de dettes.
Si l'Union Européenne tentait encore ces dernières années de montrer un visage d'Europe sociale qu'elle n'a jamais eu, les récentes décisions ont détruit l’illusion, ne laissent place qu'à l'Europe de, par et pour le grand capital.
Contrairement au satisfécit que s’octroient Merkel et Sarkozy, le plan décidé hier au sommet européen n’écarte  en rien la menace de faillite de l’Etat grec ou des autres pays d’Europe qui sont aussi menacés à cause de l’ampleur de leur dette publique.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Union Européenne