Toulouse

Depuis plus de 48h, des jeunes du quartier du Mirail à Toulouse s’affrontent à la Police. Les raisons de la révolte avancées dans la presse seraient liées à l’interpellation d’une femme voilée et à la mort d’un détenu de la prison de Seysses.

Il y a un an, Rémi Fraisse, jeune étudiant pacifiste, mourrait assassiné par les forces de l’ordre.
Nous défendrons notre droit à la révolteNi Gaëtan, ni aucun-e autre condamné-e pour avoir manifesté ne doit aller en prison !
Mardi 31 mars devait se tenir à Toulouse une réunion publique prévue dans le cadre de "la Semaine contre l'apartheid israélien", animée par Farid Esack, professeur à l'université de Johannesburg.
Hier jeudi 4 décembre, 4 manifestant-e-s passaient en procès suite aux manifestations des 1er et 8 novembre, qui avait donné lieu à de violentes répressions policières et de nombreuses arrestations arbitraires.
‎Les révélations du rapport d'enquête sur la mort de Rémi Fraisse ont démontré que le crime d'Etat s'est doublé d'une tentative de dissimulation du côté des autorités. Mais le gouvernement ne s'est pas arrêté là.
Les travailleurEs sociaux ont fait plier le président du conseil général de la Haute-Garonne, xénophobe et raciste.
La liste ¡Toulouse en marche !, conduite par Ahmed Chouki, regroupe l’Issue des Sans-Voix ( Collectif de militants des quartiers populaires), la République du Cœur, le NPA, ainsi que des militantEs associatifs et syndicaux.
Malgré des conditions peu favorables – un lundi, vacances scolaires, pluie glaciale – le meeting avec Olivier Besancenot a réuni près de 250 personnes lundi 3 mars.
Les municipales à Toulouse s’annoncent sans grande surprise : le maire sortant PS, Pierre Cohen, est donné vainqueur au second tour face à l’UMP Moudenc.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Toulouse