taser

Le 31 janvier dernier, l'ex-patron de Taser, Antoine Di Zazzo, a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende pour avoir fait espionner Olivier Besancenot et sa compagne et a décidé de faire appel.

Le procès intenté à Taser par Olivier Besancenot pour espionnage aura permis de révéler la nature inquiétante du fonctionnement des officines de détectives privés.
En 2007, le patron de Taser a fait espionner Olivier Besancenot et sa famille. Depuis jeudi 29 novembre, neuf prévenus comparaissent à Paris dans le cadre de cette affaire. Retour sur les enjeux de ce procès.
Espionnage de Besancenot: le détective sous pression et la prétendue PorscheAu premier jour du procès de l'espionnage présumé d'Olivier Besancenot, un détective a expliqué avoir été mis sous "pression" par son client Antoine Di Zazzo, distributeur du Taser en France, pour rec
4 ans après les faits, aujourd'hui, s'ouvre, à Nantes, le procès d'un policier accusé de « violences volontaires avec arme par dépositaire de l'autorité publique » et ayant entrainé une ITT supérieure à 8 jours.
Comment Mahamadou Marega, menotté aux pieds et aux poignets, traîné vivant dans un ascenseur par des policiers, a t-il trouvé la mort entre le douzième étage et le rez-de-chaussée de l’immeuble de Colombes où il habitait ?
Le 30 novembre, la presse relatait la mort d’un « Malien sans papiers de 38 ans » à Colombes. Présenté comme un « forcené » décédé après avoir agressé quatre policiers, l’affaire semblait classée. Sans-papiers étranger et violent.
Un résident d'un foyer de travailleurs, à Marseille, est décédé, aujourd'hui, 13 décembre, après avoir été victime d'un arrêt cardiaque, faisant suite à un tir de flash-ball,
C’est ainsi que se nommait l’homme malien et sans papier que la presse ne désigne que comme « le Malien » ou encore « le forcené » et qui est mort à la suite d’une altercation avec la police.
Un travailleur malien sans papiers de Colombes (Hauts-de-Seine) est mort à la suite de deux décharges de Taser tirées par la police. Celle-ci indique, non sans cynisme, qu’il aurait « pété les plombs » au moment de son interpellation.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à taser