Tarnac

À l’heure où ces lignes sont écrites, le « procès Tarnac » entre dans sa deuxième semaine. L’occasion de revenir sur ce qui aurait dû être le procès des dérives politiques, policières et judiciaires de l’obsession « antiterroriste ».

Le mardi 13 mars s’est ouvert à Paris le procès du « groupe de Tarnac », près de 10 ans après la spectaculaire – et très médiatique – intervention de 150 policiers dans ce petit village de Corrèze, qui s’était soldée par la mise en garde à vue de neuf personnes et leur mise en examen pour « a
Film français de Nicolas Pariser - 1h39. Avec André Dussolier, Melvil Poupaud, Clémence Poésy. Le premier juillet 2008, la DCRI entre en fonctions.
L’ordre a de la suite dans les idées, et l’esprit assez revanchard. Le dernier rebondissement dans l’affaire dite de Tarnac en est une nouvelle illustration.
Quatre ans après la spectaculaire et médiatique interpellation du « groupe de Tarnac », l’accusation prend l’eau de toute part depuis quelques jours. La vérité serait-elle en train d’éclater sur une manipulation d’État ?Petit retour en arrière.
Emblématique, l’arrestation du « groupe de Tarnac » fait penser à d’autres montages, comme l’affaire des Irlandais de Vincennes. Entretien avec Éric Hazan, éditeur de « L’Insurrection qui vient » signé d’un Comité invisible, et auteur d’une pétition en défense des inculpés.
L'agitation médiatique déclenchée par le ministère de l'Intérieur à propos des prétendus terroristes de Tarnac est retombée comme un soufflé...

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Tarnac