syndicalisme

Convergence des luttes, front unique, unité, autant d’expressions reprises quand on tente d’élaborer des stratégies pour gagner contre Macron et son monde.

À cinq semaines du 5 décembre, il est encore difficile de prévoir quelle sera l’ampleur de la mobilisation et surtout quels en seront les lendemains.
Ce mercredi 16 octobre, les organisations syndicales et de jeunesse (CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidel, MNL, UNEF, UNL) appellent à « une première journée de grève interprofessionnelle, le jeudi 5 décembre ».
La très faible proportion de jeunes parmi leurs adhérentEs est un trait commun à l’ensemble des organisations syndicales françaises.
La journée de mobilisation contre la réforme des retraites du 24 septembre s’inscrivait dans un calendrier très étalé mis en place par les différentes organisations syndicales.
Ce 52e congrès confédéral de la CGT se plaçait dans un contexte particulièrement délicat.
Parmi les multiples initiatives prises pour la reconnaissance du syndicalisme autonome en Algérie, la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA) s’est adressée, il y a plusieurs années déjà, à l’Organisation internationale du travail (OIT).
Retour sur le 52e congrès de la CGT, qui s’est tenu à Dijon du 13 au 17 mai. 
Les débats dans le cadre des points 2  (statut des salariEs et NSTS) et 3 (construction du rapport de forces et convergences des luttes) du document d'orientation se sont souvent croisés.
Le débat sur les questions internationales s'annonçait un des plus délicat. Non pour des questions vraiment de fond mais sur un point un peu subalterne : l'adhésion de la CGT aux organisations internationales CSE-CSI et les relations avec la FSM.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à syndicalisme