surveillance

La même obsession les anime : « neutraliser les individus en lien avec l’activité terroriste », « les mettre hors d’état de nuire ». Ils jugent la loi faible, un « sous-état d’urgence incapable de lier terrorisme et immigration » selon le FN. 

Le mois dernier la Commission Nationale des techniques du renseignement (abrégé CNCTR) a remis son tout premier rapport concernant l’activité de surveillance en France.
Ils ont osé... Le dimanche 30 octobre, en plein cœur du pont de la Toussaint, le gouvernement a publié en toute discrétion un décret autorisant la création d’un fichier biométrique concernant tous les détenteurs de passeport ou de carte d’identité âgés de plus de 12 ans.
Sur fond d’accroissement des États policiers, d’accentuation de la répression, du contrôle social en général, sous prétexte de guerre ou de terrorisme, les gouvernements de France et du Royaume-Uni font entrer la surveillance de masse via Internet dans la réalité des institutions « démoc
Il n’est pas surprenant que l’État français ait mis en place des technologies secrètes de surveillance du réseau. C’est sous le nom de d’Interception Obligatoires Légales (IOL) que l’État a en 2009 construit un système de surveillance resté sans cadrage légal jusqu’en 2013...
Il n’y a pas d’illusion à se faire sur les sommets de l’appareil d’État. Trois événements récents viennent de confirmer que ceux qui sont supposés contrôler les dérives... viennent souvent des rangs de ceux qui les ont commises. Et réciproquement !
Reportée à maintes reprises, la discussion du projet de loi sur l'immigration de l'actuel gouvernement devrait débuter en première lecture à l'Assemblée le 20 juillet. L'hypocrisie étant toujours de mise en Hollandie, il est présenté comme destiné à « renforcer les droits des étrangers ».
La loi sur le renseignement censée lutter contre le terrorisme supprime une bonne partie de nos droits. Le droit au respect de la vie privée d’abord.
Entretien. Après avoir été présenté en conseil des ministres mi-mars, le projet de loi sur le renseignement sera discuté à l’Assemblée nationale à partir du 13 avril.
Du New York Times à la LDH en passant par Amnesty International et le Syndicat de la Magistrature, on s'inquiète pour les libertés individuelles et collectives en France. En cause, le projet de Loi sur le Renseignement qui sera débattu à l'Assemblée à partir du lundi 13 avril.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à surveillance