suicides

Samedi 11 mars, tôt le matin, les cheminots de Paris Saint-Lazare ont appris le suicide d’un collègue et militant syndical de SUD-Rail, Édouard, à la sortie des quais de la gare.

Les suicides liés aux organisations de travail ne font que se multiplier.
Le suicide le 7 avril de Jean Germain, ex-maire de Tours, a donné lieu à beaucoup de déclarations et d’articles. Tout suicide est dramatique. Mais, sans oublier ce fait, il y a dans notre société deux poids deux mesures, en cette matière comme en d’autres.
Il y a trois semaines, Emmanuel, employé à l’usinage des boîtes de vitesses, s’est pendu dans le bâtiment où il travaillait. À la différence de Cédric, qui lui aussi s’était pendu dans l’usine neuf mois plus tôt, il n’a pas laissé de lettre pour expliquer son geste. 
Sauvegarder tous les emplois, interdire les licenciements, sont des revendications incontournables au moment où des dizaines d’entreprises ferment et que des milliers de licenciements font chaque jour l'actualité.
« En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte. » C’est ainsi qu’en octobre 2006, Didier Lombard, patron à l’époque de France Télécom, avait annoncé son intention de dégraisser l’entreprise de 22 000 emplois…
De nouveau, La Poste est particulièrement frappée par le suicide de plusieurs salariéEs. Cette situation montre le gouffre entre les discours de ses patrons exprimant leur prétendue volonté de faire de l’entreprise une pionnière en termes de bien-être au travail et la réalité !
Deux cadres de La Poste se sont suicidés les 29 février et 11 mars derniers en Bretagne. Tous deux ont mis fin à leurs jours sur leur lieu de travail et ont laissé des écrits. On sait que le 2e postier a explicitement mis en cause la politique de La Poste.
Trois semaines après le suicide de Romain Lecoustre, inspecteur du travail de 32 ans, les agents du ministère du Travail et de l’Emploi (inspection du travail et services de l’emploi) se sont massivement mobilisés le 7 février 2012.
La vague de suicides entre les 4 et 17 janvier au CHRU de Lille (dont trois en neurochirurgie), relance le débat sur le suicide d’origine professionnelle.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à suicides