sécurité sociale

À chaque fois que Philippe Poutou avance des mesures comme l’augmentation des retraites ou l’embauche de personnels dans les hôpitaux, il se fait retoquer par des journalistes ou des économistes hautains qui veulent démontrer par A + B que de l’argent, il n’y en aurait pas...

Les propos de Fillon annonçant la fin du remboursement par la Sécu du « petit risque » ont provoqué un tel rejet que tous les candidats à l’élection présidentielle se sont cru obligés d’évoquer le remboursement à 100 %.
Depuis quand et comment la Sécu est-elle remise en cause ?
Prétendant lutter contre les dépassements d’honoraires « excessifs » des médecins exerçant en ville ou dans les hôpitaux (privés ou publics), Marisol Touraine a proposé en 2012 aux médecins exerçant en secteur 2 (en honoraires libres) de signer des « contrats d’accès aux soins » (CAS)...
Les annonces de François Fillon sur la Sécurité sociale ont suscité un vaste mouvement de rejet. ChacunE d'entre nous mesure bien que c'est un droit essentiel, celui de se soigner dans de bonnes conditions que l'on soit riche ou pauvre, qui est en jeu.
A propos de la pétition "pour le Sécurité sociale" du Pr Grimaldi.  
Jeudi 15 décembre, à l’appel des comités santé et Paris 20e du NPA, la salle de 300 places était bien remplie, notamment par des salariéEs des hôpitaux et des habitantEs du quartier...
Pour gagner la primaire de la droite, Fillon a mis l’accent sur son programme antisocial « à la Thatcher » : suppression de 500 000 postes de fonctionnaires et privatisation de la Sécurité sociale. Il n’a pas tardé à en avoir l’effet boomerang.
Les soins en rapport avec une affection de longue durée (ALD) sont prétendument remboursés à 100 %. Faux ! Depuis 30 ans, diverses mesures s’ajoutant au ticket modérateur ont réduit pour tous les assuréEs sans exception les remboursements de la Sécurité sociale.
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) a été présenté par le gouvernement fin septembre lors d’une conférence de presse...

Pages

S'abonner à sécurité sociale