sécurité sociale

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de 2019 sera présenté en conseil des ministres à fin du mois.

Le Journal officiel a publié, le 6 septembre 2018, la loi sur l’apprentissage et le chômage, intitulée « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».
Le gouvernement, affaibli, redouble d’énergie pour s’attaquer aux politiques sociales.
Lors de sa campagne électorale, Macron avait annoncé son intention de « refonder la Sécurité sociale » : elle ne serait plus assise sur le travail.
EHPAD, crise hospitalière, déserts médicaux, « tiers payant »… depuis des semaines les décisions du président « jupitérien » sur les questions de santé étaient annoncées pour ce mois de juin.
Communiqué du NPA. Après le discours d’E. Macron au congrès de la mutualité, la seule vraie question : à qui va le « pognon » ?
« Jean-Pierre Raffarin avait inventé la journée de solidarité active, le lundi de Pentecôte » ; « on pourrait imaginer avoir deux lundis de Pentecôte travaillés » : telle est l’une des solutions avancées, le 12 avril sur BFM-TV, par Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, pour financer
Le 10 janvier les agents de l’accueil physique et de la plateforme téléphonique y ont fait grève massivement. Les causes ? Sous-effectif, impossibilité de traiter dignement les assurés, des files d’attente de 700 personnes devant le siège du Havre, des agressions...
Un téléconseiller de la CPAM de la Manche est menacé de licenciement pour « insuffisance professionnelle » par la direction.
Tous les 3 ou 4 ans, c’est la même rengaine pour nous faire avaler les centaines de suppressions d’emplois à la Sécu : « il y a moins de dossiers, donc il n’est pas nécessaire de remplacer tout le monde, encore moins de

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à sécurité sociale