Saint-Denis

Retour sur une occupation de logements qui dure depuis février 2009.

Depuis le 23 janvier 2019, soit plus de 50 jours, les chauffeurs de car de la mairie de Saint-Denis sont en grève reconductible, obligés de bloquer le Centre technique municipal pour se faire entendre.
À Saint-Denis comme dans bien des villes du 93, les effets de délitement et de désintégration sociale produits par l’entreprise de démolition du service public d’éducation se font sentir.
La dernière Une du Figaro magazine (ci-contre) associait Saint-Denis et Mollenbeek dans une même triste et stupide stigmatisation !
Saint-Denis est la dernière ville de plus de 100 000 habitants encore dirigée par une municipalité PCF (en alliance avec des socialistes dont quelques uns passés au PG, des écologistes, des inorganisés, des ex-PCF passés à la FASE et… Lutte ouvrière).
Mercredi 16 octobre, 350 personnes se sont rassemblées à la bourse du travail de Saint-Denis pour un meeting du NPA sous le signe des mobilisations : « stoppons ce gouvernement des riches et des patrons » !
Depuis plusieurs mois, le personnel de la mairie de Saint-Denis est en lutte. Tout a commencé en septembre 2012 avec la mobilisation des personnels des centres de santé de la ville.
80 personnes se sont réunies le 18 janvier 2013 pour un couscous anticapitaliste en présence de notre camarade Philippe Poutou.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Saint-Denis