RSA

Le  tribunal administratif de Strasbourg vient d'annuler la honteuse décision du Conseil Départemental (Le Républicains)  du Haut Rhin d'imposer 7 heures de travaux forcés (appelés par antiphrase "bénévolat")  aux bénéficiaires du RSA. Le NPA s'en félicite.

Montrer du doigt, désigner comme bouc émissaires les premières victimes de la crise, est une recette dont usent et abusent souvent les premiers responsables de la situation...
Départements et gouvernement sont en conflit sur le financement du RSA (revenu de solidarité active) aujourd’hui à la charge des départements.
Le Conseil départemental du haut-Rhin a voté vendredi une mesure qui a soulevé l'indignation. Il s'agit d'exiger des bénéficiaires du RSA qu'ils/elles fournissent en échange sept heures hebdomadaires de « bénévolat »...
De petits rappels s'imposent :
En 2016, Hollande et son gouvernement accordent à leurs amis du MEDEF un cadeau de 16 milliards d'€ supplémentaire sous forme d'exonérations de cotisations sociales et de taxes. C'est la suite du “pacte de responsabilité”. Pour y parvenir, pas de quartier !
Une sympathisante des Yvelines nous a écrit : « Heureuse bénéficiaire de l’ASS, j’ai envoyé au parti une maigre contribution, mais contribution quand même (10 euros), et ai transmis le message à une dizaine d’éventuels sympathisants.
Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, va lancer une nouvelle expérimentation : des contrats aidés pour les bénéficiaires d'un RSA imposant 7 heures de travail hebdomadaire, sous peine de sanctions financières.
Derrière l’offensive de stigmatisation des « assistés », le discours qui nous martèle que « l’argent, ça se mérite », se cache une tentative de retour à l’exploitation la plus brutale.
Laurent Wauquiez, ministre des Affaires européennes, jeune loup de l’UMP, se revendique de la droite dite sociale. Il fait partie de ces bonnes âmes qui se scandalisent des maigres droits concédés aux plus pauvres, « la principale injustice dans notre pays ».
L.Wauquiez, ministre et figure de proue d'une droite dite sociale, s'en prend avec une rare violence aux bénéficiaires du RSA et dans la foulée aux étrangers accusés de profiter indument d'avantages sociaux. Il voudrait imposer des heures de « travail social » aux bénéficiaires du RSA.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à RSA