réunions publiques

Comment gagner contre le rouleau compresseur des politiques libérales ? Que faut-il pour faire face à la montée de plus en plus irrépressible de l’extrême droite ?

Préparer une réunion publique en quelques jours pour un comité en reconstruction, un sacré défi. Une vingtaine de militantEs et de sympathisantEs sont venus.
Mercredi 29 mars, nous étions 70 dans une salle de l’École normale supérieure (une quarantaine d’étudiantEs et une trentaine d’habitantEs des communes alentour) venus débattre des propositions du candidat ouvrier. 
Près de 400 personnes mardi 28 mars : salle comble, avec une grande partie de jeunes. Un jeune camarade étudiant a expliqué les conditions de la répression policière qui s’est abattue sur lui et 18 de ses camarades, expulséEs du CA de la fac et placéEs en garde à vue.
Dans un contexte de « concurrence » de réunions, 70 personnes, dont beaucoup de jeunes, se sont donné rendez-vous lors de la réunion publique organisée par le NPA de Poitiers-Vienne vendredi 10 mars.
Mardi 7 mars a eu lieu à la fac de Paris 8 l’un des plus importants meetings de la campagne qui a rassemblé 400 personnes dans une ambiance très combative et déterminée.
Jeudi 2 mars, notre candidat y a rencontré des journalistes de BFMTV, du Ravi, mensuel local réputé pour son impertinence, et de la Marseillaise, qui la veille avait annoncé le meeting dans une colonne entièrement réservée au NPA.
En présence de quelques journalistes, nous étions 80, peut-être plus, mardi 28 février à Culture Rapide rue de Belleville, pour une rencontre avec Olivier Besancenot.
Vendredi 24 février, notre porte-parole a remplacé au pied levé Philippe Poutou, invité sur un plateau télé dans la capitale.
Vendredi 10 février, 150 personnes sont venues pour discuter des revendications nécessaires pour rompre avec le capitalisme qui nous asphyxie un peu plus chaque jour.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à réunions publiques