réunions publiques

Jeudi 11 avril, la commission féministe du NPA organisait, avec la librairie La Brèche, une rencontre avec Tithi Bhattacharya, militante étatsunienne, organisatrice de la grève internationale des femmes et co-autrice du Manifeste Féminisme pour les 99 %.

En meeting le 15 avril à Chambéry, Olivier Besancenot est venu dénoncer devant 155 personnes la répression et apporter son soutien à Sinforian et Valentin, deux jeunes gilets jaunes condamnés à de la prison ferme.
Le meeting d’automne du NPA en région parisienne avait fait salle pleine à la veille de l’Acte 1 des Gilets Jaunes. Celui du printemps s’est tenu jeudi 28 mars sous le signe de la solidarité avec les luttes qui ont fait irruption et transformé la situation politique.
Jeudi 28 mars, les résistances seront à la tribune du meeting organisé par le NPA en région parisienne. Des Gilets jaunes aux luttes d’entreprises et dans les services publics, en passant par la justice climatique ou l’Algérie, touTEs ensemble !
Par Gérard Lucas, publié par le Dauphiné. Ils étaient une cinquantaine samedi soir à se retrouver autour du porte-paro
Ce 28 février, les drapeaux rouges du NPA à l’entrée de l’AGECA annonçaient la couleur : un meeting avec plus d’une centaine de jeunes venus écouter nos perspectives révolutionnaires.
La venue de Philippe Poutou et Béatrice Walylo, dans le cadre du cycle de nos réunions publiques mensuelles « Résister à l’air du temps »,  nous a amenés, via l’association PAC (Penser Agir Comprendre), à faire le pari qu’elle devait se tenir plus au large que d’habitude (soit da
Le meeting parisien a rassemblé plus de 400 personnes, venues écouter, entre autres, Philippe Poutou, Olivier Besancenot et les grévistes de La Poste et de l’hôtel Park Hyatt.
La Rencontre des salarié·e·s du Public et Privé du NPA est une occasion d'échanger entre militant·e·s investi·e·s dans les mobilisations, dans les syndicats, dans les entreprises du public et du privé, à partir de nos préoccupations quotidiennes.
Entre jours fériés et week-end prolongé... il fallait l’oser ! Dans le Perche, on l’a osé, et ça a marché. Près de 70 personnes se sont déplacées, le vendredi 11 mai, pour écouter Alain Krivine et échanger avec lui sur Mai 1968.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à réunions publiques