Retraite

La baisse des dépenses publiques est une obsession du patronat, reprise à son compte par Macron.

En quelques semaines, le Conseil d'orientation des retraites (COR) a rendu publics deux rapports. Un en décembre établissant les projections financières pour l’ensemble des régimes à court, moyen et long terme, et un autre, le 23 janvier dernier sur un état des lieux du système français.
Dans les négociations en cours sur les retraites complémentaire le MEDEF demande la désindexation du niveau des pensions de l'inflation officielle. Elles pourraient être ainsi revalorisées à un niveau inférieur de 1% de celle-ci. 
Le 19 décembre dernier, le Conseil d’orientation des retraites (le COR, cet organisme d’« experts » et « partenaires sociaux » installé par Chirac en 2000, pour produire un prétendu « diagnostic partagé ») a publié un nouveau rapport sur les perspectives de financement des retraites.


Le Conseil d'Orientation des Retraites, composé « d'experts », de représentants du patronat et des confédérations syndicales, a publié hier son rapport. Il prévoit un déficit des caisses de retraite de 14 milliards en 2011 et de 18,8 milliards d'euros en 2017.
Les mesures du gouvernement de retour de la retraite à 60 ans pour les carrières longues sont bien en dessous des revendications des salariéEs.

On le savait, le PS n’avait promis le retour de la retraite à 60 ans que pour ceux et celles qui ont commencé à travailler jeunes et qui disposent de leurs annuités. Tout ça sans remettre en cause la durée de cotisation allongée par Sarkozy.
Peu de présidents de la République et de gouvernements ont mené autant de contre-réformes sociales sur une mandature.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Retraite