Retraite

Loin d’être une bonne nouvelle, l’annonce d’un report probable à 2020 de la réforme des retraites ouvre la porte à un nouveau « coup tordu » de l’exécutif.

 
Entretien. À quelques jours du sommet social, sous couvert de « dialogue social », un gouvernement de gauche s'apprête à imposer de graves reculs à l'encontre des retraites et des retraitéEs.
Les 20 et 21 juin prochains se tiendra une nouvelle « conférence sociale » dont le point principal à l’ordre du jour est une énième modification du régime des retraites au détriment des salariéEs, des retraitéEs.
Le 3 mai, la commission européenne a donc accepté la demande française : un délai de deux ans supplémentaires pour ramener le déficit en deçà de 3 % du PIB d'ici à 2015. Cet objectif était l'une des mesures phares du TSCG voté en septembre par la majorité PS-EÉLV…
Pour donner un vernis de légitimité à la réforme des retraites qu'il veut faire adopter à l'automne, le gouvernement embringue les organisations syndicales dans une négociation avec le patronat, dans une conférence sociale qui se tiendra 20 et 21 juin.
Le protocole sur les retraites complémentaires du privé va accentuer la perte de pouvoir d'achat de millions de pensionnés pendant au moins trois ans. C'est inadmissible !
Les signatures syndicales du protocole sur les retraites complémentaires du privé vont légitimer une nouvelle contre-réforme des retraites de base versées par la Sécurité sociale.
Le gouvernement a présenté son cahier des charges « pour conforter les retraites par répartition ». Marisol Touraine a indiqué que « des efforts seront demandé à tous les français ».
En quelques semaines, le Conseil d'orientation des retraites (COR) a rendu publics deux rapports. Un en décembre établissant les projections financières pour l’ensemble des régimes à court, moyen et long terme, et un autre, le 23 janvier dernier sur un état des lieux du système français.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Retraite