Retraite

Le gouvernement  annonce plusieurs « pistes » concernant la transformation du système de retraites, qu’il voudrait « universel et par points », mais il ne dévoile pas les conséquences concrètes des mesures qu’il prétend imposer.

Le patronat et les organisations syndicales (CFDT, CGC, CFTC) à sa botte viennent de signer un accord sur les retraites complémentaires (Agirc-Arrco). Condamnant ainsi les salariéEs du privé à travailler plus longtemps pour éviter une nouvelle réduction de leur pension. Le Medef en rêvait. 
  Le MEDEF obtient un nouveau recul de fait de l'âge du départ à la retraite, une hausse des cotisations salariales et une baisse des pensions. L'accord sur les retraites complémentaires est inadmissible !
Jusqu’à 400 euros de plus par mois pour les résidents de l’EHPAD du CH R.Bisson Stupeur pour toutes les familles !
Le patronat veut profiter de la négociation Agirc-Arrco pour marquer des points sur l’âge de la retraite et la pénibilité. Les reculs qu’il exige concernent tous les retraités.
La possibilité d’un départ anticipé à la retraite prenant en compte les dégâts dus aux conditions de travail était la seule prétendue avancée obtenue par la CFDT.
Les négociations concernant les retraites complémentaires du privé ont commencé le mardi 17 février. L’âge de départ à la retraite et le niveau des pensions sont à nouveau menacés.
Deux rapports sur notre système de retraite ont été rendus  publics ces derniers jours : celui du Conseil d’orientation des retraites (COR) et celui de la Cour des comptes.
Il a suffi d'un rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR), et de la Cour des comptes pour qu'aussitôt le ministre du Travail, François Rebsamen, s'empresse d'affirmer que le gouvernement était tout à fait disposé à allonger, une nouvelle fois, la durée de cotisation requise pour touche
Article publié sur alencontre.org. Par Serge Goudard.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Retraite