répression

« L’intention des forces de sécurité chiliennes est claire : faire du mal à celles et ceux qui manifestent en allant même jusqu’à se livrer à des actes de torture et de violence sexuelle contre des manifestants pour affaiblir le mouvement de protestation. » C’est Amnesty Inter

Alors que le mouvement de grève des postierEs du 92 est entré dans son dixième mois et que la direction de La Poste refuse toujours de céder aux revendications des grévistes, une énième tentative d’intimidation est en cours. 
Ce mardi, par 387 voix contre 92 et 74 abstentions, l’Assemblée s’est prononcée en faveur de la loi antimanifs, frauduleusement présentée comme une « loi anticasseurs » par un gouvernement qui confirme, alors qu’il est incapable de faire taire la contestation sociale malgré une politiq
Cela est inscrit sur le plan d’évacuation – document réglementaire – du dépôt de la société Kaplan à Villeneuve-la-Garenne (92). Cette société a été racheté en 2017 par le groupe Warning, spécialisé dans la livraison à domicile des clients de grandes surfaces comme Carrefour.
Le mouvement des Gilets jaunes continue de faire vaciller la Macronie, qui n’arrive pas à reprendre la main et à éteindre la contestation. Tous les moyens sont pourtant mis en œuvre, y compris et notamment une politique répressive d’une violence inouïe. 
Un rassemblement a eu lieu le lundi 21 janvier devant les bureaux de Jean-François Balaudé, président de l’université de Nanterre, pour exiger qu’il cesse son acharnement contre les militantEs.
Cette semaine, la direction de La Poste a de nouveau essuyé un gros revers : le tribunal a débouté la boîte de toutes ses demandes et la condamne à payer 4 000 euros. Excellente nouvelle qui renforce la détermination des grévistes !
Et encore une semaine de passée : la grève se poursuite et tente de passer à la vitesse supérieure pour contraindre la direction à se mettre autour de la table.
Nos camarades Micka et Victor ont été interdits d’accès à l’université. 
Avant même que l’avion ramenant Cesare Battisti en Italie n’atterrisse, Bolsonaro se fendait d’un tweet triomphant annonçant à son compère Salvini l’arrivée du « petit cadeau ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression