répression

« L’intention des forces de sécurité chiliennes est claire : faire du mal à celles et ceux qui manifestent en allant même jusqu’à se livrer à des actes de torture et de violence sexuelle contre des manifestants pour affaiblir le mouvement de protestation. » C’est Amnesty International qu

Après l’occupation, le 20 février, de la cour du ministère du Travail et le rassemblement qui a eu lieu suite à l’interpellation de Gaël Quirante, les postiers et postières des Hauts-de-Seine continuent à maintenir la pression sur la boîte avec des actions symboliques permettant de
Le 21 février, la Cour d’appel administrative de Versailles a rendu un arrêt annulant une décision du tribunal de Cergy-Pontoise de 2017, qui elle-même annulait la révocation par La Poste de notre camarade Yann Le Merrer, prononcée en 2015.
Loin d’être un supplément d’âme, les politiques autoritaires et liberticides du gouvernement Macron doivent être appréhendées comme le corollaire de ses politiques antisociales. 
La semaine dernière le Parlement européen condamnait à une très forte majorité « le recours disproportionné à la force sur les manifestants ».
Avec la loi « anti-casseurs » en cours d’adoption au Parlement, le gouvernement Macron-Philippe continue à bâtir pierre par pierre un édifice législatif de plus en plus liberticide. 
Notre camarade Gaël Quirante vient d'être interpellé brutalement par les CRS devant le ministère du Travail à Paris et emmené au commissariat du 13e arrondissement. 
L’Humanité a publié la semaine dernière une lettre publique à la présidence de l'Université de Paris Nanterre
Christophe Dettinger, le « Gilet jaune boxeur », devenu bien malgré lui un symbole de l’acharnement politique contre les Gilets jaunes, a été condamné ce mercredi à une peine de 30 mois de prison, donc 12 fermes.
Mardi 5 février, les députés ont adopté, en première lecture, la proposition de loi dite « anticasseurs », par 387 voix contre 92 et 74 abstentions.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression