répression syndicale

Report du procès pour les 4 de Nanterre. 

À peine le déconfinement annoncé, la RATP et la SNCF ont repris le sale boulot entamé avant la pandémie : s'acharner contre les syndicalistes, meneurs de la grève historique de l'hiver dernier, et qui se battent depuis des années contre les plans machiavéliques de leurs directions, empressées de
Après la grève historique pour les retraites, puis l’épidémie de Covid-19 qui a vu les transports en commun devenir de véritables foyers de contamination, la RATP cherche à tout prix à se débarrasser de tous ceux qui dérangent.
Le ministère du travail de Muriel Pénicaud s’apprête à licencier le cheminot syndicaliste Éric Bezou.
La crise sanitaire n’est même pas encore finie que la direction de la SNCF et le ministère de Penicaud cherchent à licencier notre collègue Éric. Les cheminots ont été en première ligne, comme beaucoup d’autres métiers, depuis le début de la pandémie.
Suite aux menaces de sanctions contre 5 délégués syndicaux de Paris-Est, l’intersyndicale CGT-Sud Rail-CFDT et FO appelle à la grève le 18 mai.
Son tort ? Avoir sollicité et participé à une enquête accident grave en tant qu’élu au CHSCT suite à des accidents du travail. En 2016, plusieurs collègues ont été victimes d’électrisations durant la conduite de leur métro sur la ligne 8.
Un collectif de responsables politiques, syndicalistes, militant·es associatif·ves, féministes, artistes, et intellectuel·les exige l’abandon de toute procédure disciplinaire à l’encontre de l’inspecteur du travail mis à pied par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.
Pour les gels hydro-alcooliques, la désinfection des espaces de travail et le minimum de protection face au coronavirus pour des salariéEs particulièrement exposés, la direction de la RATP semble particulièrement absente.
Une centaine de cheminotEs se sont rassembléEs à Montparnasse pour défendre Julien, collègue contrôleur. Il est convoqué à un entretien disciplinaire pour une sanction supérieure à une journée de mise à pied. Nous réclamons l’abandon des poursuites et qu’il n’y ait aucune sanction.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression syndicale