répression syndicale

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Le 12 octobre 2017, les DRH des grands groupes français s’étaient donné rendez-vous pour un congrès au Pré Catelan, restaurant situé dans le Bois de Boulogne.

Le 13 novembre devait se dérouler à Avignon le procès de Philippe Pascal, inspecteur de l’URSSAF poursuivi en justice par un patron fraudeur. 
Près de 500 militantEs se sont retouvés devant le tribunal de grande instance de Versailles le jeudi 16 novembre pour affirmer leur soutien aux 9 militants de la CGT PSA Poissy poursuivis pour prétendument avoir séquestré un responsable hiérarchique. 
Mercredi 15 novembre 2017, Christian Agon, délégué du personnel chez IBM et responsable syndical CGT au CHSCT, comparaîtra devant le conseil de prud’hommes de Paris pour une énième fois… et pour les mêmes raisons : harcèlement et discrimination par une direction qui exige toujours le versemen
Jeudi 16 novembre, nous nous retrouverons une nouvelle fois devant le tribunal de Versailles où PSA traîne à nouveau en justice des militants de la CGT.
Les initiatives prises par le comité national constitué à cet effet permettent aujourd’hui de nouveaux développements...
Samedi 8 juillet : nous voici de retour devant le siège de PSA, avenue de la Grande Armée, trois ans après les multiples rassemblements contre la fermeture du site d’Aulnay. Cette fois, c’est la lutte cotre la répression dans le groupe PSA qui nous rassemble.
Nous étions 300 personnes le 29 juin dernier au rassemblement en soutien à Gaël (SUD Poste 92) devant le ministère du Travail. Une ambiance très combative et chaleureuse, qui a donné du courage et de la détermination à tout le monde ! 
Depuis mardi 27 juin l’intégralité des agents titulaires (auxiliaires de puériculture, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, agents de service hospitalier...) est mobilisé.
Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92, est de nouveau menacé de licenciement.Le 29 juin, il passera, à nouveau, devant l'inspection du travail suite à la demande par La Poste d'une autorisation de licenciement et cela 7 ans après les faits reprochés.

Pages

S'abonner à répression syndicale