répression policière

C’était il y a un an, et les images avaient largement tourné sur les réseaux sociaux avant d’être reprises dans les « grands » médias.

Ce dimanche 10 mai, deux cents habitants de Saint-Ouen se sont rassemblés devant la mairie à l'appel du collectif « Saint-Ouen Debout » pour dire « stop » à la violence, après une série de fusillades, liées au trafic de drogue.
Cela fait donc trois ans que nous avons un gouvernement « socialiste »… Et c’est ce gouvernement-là qui non seulement multiplie les interventions militaires en Afrique et au Proche-Orient mais interdit les manifestations de solidarité avec la Palestine, soutient des méthodes de répression causant
Entretien. En juillet 2014, alors que Gaza subissait de terribles bombardements de l’État d’Israël, des manifestations unitaires de solidarité avec le peuple palestinien étaient organisées à Paris.
La campagne de soutien à notre camarade et aux autres, condamnés pour avoir comme lui manifesté, contre les violences policières, est passée ce vendredi 17 avril par une nouvelle étape.
Trois mois seulement se sont écoulés depuis les terribles attentats des 7 et 9 janvier et les manifestations énormes en mémoire des victimes et en défense de la liberté d’expression... Et les députés devraient adopter ce 5 mai la loi sur le renseignement !
Il plane dans ce pays une atmosphère bien étrange.
Depuis la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens cet automne, la répression ne cesse de s’intensifier à Toulouse (cf. l’Anticapitaliste n°284).
Présentée hier à l’Assemblée Nationale par Manuel Valls, La loi sur le renseignement, censée lutter contre le terrorisme, supprime une bonne partie de nos droits.
Nous défendrons notre droit à la révolteNi Gaëtan, ni aucun-e autre condamné-e pour avoir manifesté ne doit aller en prison !

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression policière