répression policière

À Bondy, dans la nuit du 25 au 26 mai, Gabriel Djordjenic est interpellé par des policiers après avoir tenté, semble-t-il, de voler un scooter avec un autre jeune

Alors que les Brigades populaires de solidarité organisaient une distribution / partage de denrées sur le marché Croix de Chavaux à midi, une compagnie de BRAV-M et un escadron de CRS encerclaient la halle et verbalisaient les participant-es pour « rassemblement illégal ».
Non à la répression des militants ! Contre les verbalisations arbitraires de citoyens !
A Saint-Pierre-des-Corps, le 10 avril dernier a eu lieu des violences policières contre un habitant. Celle-ci se place dans un contexte de violences policières quotidiennes en particulier dans les quartiers populaires.
Le 21 avril dernier, dans le quartier de la Roseraie à Toulouse, la police est intervenue dans une maison pour faire retirer de la façade une affiche demandant “Macronavirus à quand la fin ?”.
« Le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine. » Telle a été la réaction du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, dans la soirée du 26 avril, quelques heures après la diffusion, sur Twitter, par le journaliste Taha Bouhafs, d’une vidéo de violences policières dans laquelle
La semaine dernière, une toulousaine, habitante de la Roseraie, a fait 4 heure de garde à vue pour une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? ». Cette répression politique a soulevé une large indignation.
Samedi 18 avril, des policiers ont blessé gravement un habitant de Villeneuve-la-Garenne en ouvrant la portière de leur voiture alors qu’il passait à côté d’eux en moto.
Le 21 avril, les actionnaires de Vivendi se sont partagés 697 millions € de dividendes (+ 20% en un an). Et à 20 h, BFM-TV nous a montré des CRS applaudissant les soignants devant un hôpital de Lyon.
« Restez chez vous ! » : la crise sanitaire est aussi une occasion inespérée pour le gouvernement de confiner la colère sociale qui s’exprime sans faiblir depuis un an et demi.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression policière