répression policière

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré était tué par des gendarmes de Persan à Beaumont-sur-Oise (95) lors d'une interpellation, le jour de son 24ème anniversaire.

Mardi 3 juillet, Aboubakar Fofana, 22 ans, était tué dans le quartier populaire du Breil à Nantes, lors d’un contrôle de police.
Aujourd'hui, jeudi 5 juillet, le collectif justice pour Adama, ainsi que des soutiens dont les postières et postiers du 92 en grève reconductible depuis le 26 mars, ont pris la parole devant les bâtiments où se tenait le colloque Police-justice-médias à l’École militaire, en présence d
Mardi 3 juillet, vers 20h30, Abubakar, 22 ans, a été abattu froidement dans le quartier du Breil à Nantes lors d’un contrôle de police. Le policier a touché la gorge, tranchant la carotide ; le jeune est mort peu avant minuit suite à ses blessures.
En 1968, la grève et l’occupation de l’usine Peugeot à Sochaux-Montbéliard ont commencé le 20 mai, quelques jours après celles des usines Renault de Cléon, Flins et Billancourt et alors que la grève générale s’était étendue dans tout le pays. 
L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) vient pour la première fois d’annoncer les résultats d’une enquête, jugée « parcellaire » par la patronne de l’IGPN elle-même, relative à l’usage de leurs armes par les policiers et au nombre de leurs victimes, tuées ou blessées.
Pas un jour ne passe sans que le Ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, franchisse des lignes rouges contre les migrantEs, les musulmanEs, les militantEs du mouvement social et écologique ou le droit de manifester.
Le mercredi 30 mai, un peu plus de 300 personnes ont défilé à Nantes, en soutien à Maxime, dont la main a été arrachée sur la Zad, et en soutien à toutes les victimes des violences policières.
De passage à la « grande maison » pour une déclaration de manifestation et découvrant une banderole peu habituelle en ces lieux, l’auteur de ces lignes a eu l’immense bonheur de visiter l’exposition « L’homme derrière le bouclier ».
Une nouvelle fois, les « forces de l’ordre », police et gendarmerie, se sont illustrées par un déchaînement de violence sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, blessant de nombreux manifestantEs.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à répression policière