répression policière

Samedi après samedi, des milliers de gilets jaunes descendent dans la rue contre ce gouvernement haï pour sa politique d'injustice fiscale et sociale.

Le gouvernement veut limiter le droit de manifester : c’est inacceptable ! Il doit répondre aux demandes sociales et démocratiques !
Le degré atteint par les violences policières et la répression judiciaire inédite que subit le mouvement des Gilets jaunes est révoltant. Le 17 décembre, Amnesty International dénonçait ainsi dans un rapport « l’usage excessif de la force lors des manifestations des Gilets jaunes ».
Le NPA est révolté par le degré atteint par les violences policières et par la répression judiciaire inédite  que subit le mouvement des Gilets jaunes, comme l’a dénoncé par exemple Amnesty International.
Retour sur l'année 2018. Face au mouvement des Gilets Jaunes et à la mobilisation lycéenne de ces deux derniers mois, une impression d’inédit se dégage lorsqu’on fait le bilan de l’arsenal répressif utilisé par le pouvoir en place.
Ces derniers jours, au moins 3 lycéenEs ont été grièvement blessés au visage par des tirs de flashball : à Grenoble, Garges-lès-Gonesse et Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans.
Samedi 1er décembre a eu lieu à Rennes une marche en la mémoire de Babacar Gueye, jeune Sénégalais abattu il y a un 3 ans par la police, dans le quartier du Gast. 
Entretien. Nous avons rencontré Victor Mendez, militant NPA jeunes à Nanterre, condamné le 17 octobre à quatre mois avec sursis pour des faits remontant à la mobilisation du printemps contre la sélection à l’université.
Le 19 juillet 2016, la gendarmerie est à sa besogne habituelle de harcèlement routinier : énième contrôle d’identité, énième fuite. Mais cette fois, comme d’autres avant lui, Adama Traoré n’en sortira pas vivant.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à répression policière