répression

Report du procès pour les 4 de Nanterre. 

Nous étions environ 150 présentEs le 24 juin, pour soutenir notre camarade Philippe, lors du 1er conseil de discipline contre les lanceurs d’alerte du centre hospitalier du Rouvray, coupables du « crime » d’avoir dénoncé une scandaleuse circulaire de la direction.
Entre fichiers illégaux, conseils de discipline, absence de primes Covid-19, l’entreprise RATP n’est pas en reste pour construire un monde d’après, bien identique à celui d’avant.
Mardi 23 juin, le rectorat de Poitiers a signifié à trois enseignantEs du lycée Desfontaine de Melle (Deux-Sèvres), Aladin Lévêque, Cécile Proust et Sylvie Contini, la prolongation pour quatre mois de leur suspension, s’ajoutant aux quatre mois dont il et elles avaient déjà écopé en mars, suite à
Le Conseil d’État a levé samedi 13 juin l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, imposée dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire « lorsque [les] mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l'événement risque de réunir plus de 5 000 personnes », estimant que
Le confinement n'a pas mis fin à la répression ! Le 29 juin, 4 étudiants de Nanterre, Ayoub, Barth, Victor et Selim, militants au NPA Jeunes et à l’UNEF, sont convoqués au Tribunal pour avoir défendu le droit d'étudier.
Ce mercredi 24 juin à 14h, une centaine de personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Marseille en soutien à Kamel Guemari et Abderazac à l’appel du Syndicat des quartiers populaires de Marseille et du Collectif habitants de
CertainEs se souviennent sûrement de l’incarcération du militant Roland Veuillet à Nîmes en décembre dernier. Militant du NPA et des Gilets jaunes dans le Gard, Roland (CPE à la retraite, 64 ans) est un militant politique de toujours (longtemps à la LCR puis au NPA ).
À peine le déconfinement annoncé, la RATP et la SNCF ont repris le sale boulot entamé avant la pandémie : s'acharner contre les syndicalistes, meneurs de la grève historique de l'hiver dernier, et qui se battent depuis des années contre les plans machiavéliques de leurs directions, empressées de
Après la grève historique pour les retraites, puis l’épidémie de Covid-19 qui a vu les transports en commun devenir de véritables foyers de contamination, la RATP cherche à tout prix à se débarrasser de tous ceux qui dérangent.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à répression