Renault

La réalité de la concurrence capitaliste dépasse la fiction des séries à la Dallas.
Depuis dix ans, la concurrence s’était stabilisée au sein de l’industrie automobile mondialisée et avait permis d’augmenter partout les profits des principales firmes qui n’ont cessé d’augmenter leurs productions mondiales de voi
La semaine dernière, Carlos Ghosn a de nouveau été arrêté au Japon. La nouvelle accusation concernerait des flux financiers provenant de Nissan et Renault qui auraient atterri, via Oman, sur les comptes d’une société contrôlée par des proches de l’ancien magnat.
Cela fait plusieurs semaines maintenant que Carlos Ghosn, le PDG de l'alliance Renault- Nissan-Mitsubishi est incarcéré au Japon. L'annonce de son arrestation s'est heurtée de plein fouet au démarrage du mouvement des Gilets jaunes.
Même au sujet des conditions de son départ de Renault, il sera décidément le symbole de l’avidité capitaliste.
Abattu en plein vol (dans les caisses de Nissan), le rapace Carlos Ghosn était finalement trop grillé pour être sauvé par l’État français. Celui-ci lui a trouvé un remplaçant, et négocierait avec le Japon l’avenir du trust Renault-Nissan-Mitsubishi. 
Chaque nouvel épisode du feuilleton Carlos Ghosn, placé en détention au Japon depuis le 19 novembre 2018, apporte son lot de révélations.
Carlos Ghosn, le dirigeant de Renault-Nissan-Mitsubishi, l’homme aux 15 millions d’euros de rémunération annuelle, a été arrêté, lundi 19 novembre à Tokyo, dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de fraude fiscale et d’abus de biens sociaux. 
En mai 1968, à Renault Billancourt comme ailleurs, l’espoir massivement partagé était que la grève générale serve à quelque chose, que cela change vraiment. Les revendications étaient élaborées dans les ateliers et services. Mais où étaient elles-discutées ?

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Renault