privatisation

La marche vers la privatisation totale d’Aéroports de Paris est, jusqu’en mars prochain, bloquée par le processus du RIP (« référendum d’initiative partagée »). Le fait même qu’il y ait eu un blocage parlementaire sur la question est révélateur du climat politique actuel.

La privatisation de la Française des Jeux est lancée par le gouvernement. Le ministre des Finances Bruno Le Maire déclare qu’il veut faire de l’opération « un succès populaire » et qu’avec cette privatisation le gouvernement « prépare l’avenir ».
L’annonce de la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP) a suscité de nombreuses et légitimes critiques. Une campagne unitaire de mobilisation contre la privatisation d’ADP est en construction, dans laquelle le NPA entend jouer son rôle. 
La privatisation de l’Aéroports de Paris (ADP) fait scandale, y compris parmi des gens qui n’ont aucune opposition de principe aux privatisations, parce qu’elle se trouve au confluent d’au moins deux questions : la nature d’un aéroport et les soupçons de cadeaux et collusion avec c
Le transport aérien doit doubler sur les 15 ans à venir. En perspective : des aéroports qui grossissent, font du profit sur les taxes, mais aussi sur l’immobilier alentour, et aussi sur les boutiques de luxe qui profitent qu’une clientèle riche y est en attente.
Fin août, Philippe Wahl, PDG de La Poste, annonçait aux organisations syndicales un rapprochement entre celle-ci et la Caisse nationale de prévoyance. Le lendemain, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, faisait la même annonce dans une interview donnée à Radio Classique.
Aéroports de Paris, Engie, Française des jeux... tout ça est à vendre selon les termes du projet de loi « Pacte » qui va être présenté par le gouvernement. Il faut y ajouter les barrages hydro-électriques.  
Le gouvernement veut vendre pour 10 milliards d’euros de participations qu’il détient dans de grandes entreprises. Les rapaces capitalistes sont à l’affût.
La logique austéritaire et de privatisation se poursuit dans la santé. Le fait que les secteurs les plus réactionnaires, adeptes du « toujours plus », s’opposent au nouveau projet de loi gouvernemental ne rend pas celui-ci le moins du monde progressiste.
Mercredi 26 novembre, le NPA a organisé à Caen une réunion avec un camarade de la Commission santé du NPA. Une vingtaine de personnes, des visages nouveaux, essentiellement de la santé, mais aussi des salariéEs du médico-social venus de Cherbourg.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à privatisation