précarité

Les bourses qui ne dépassent pas quelques centaines d’euros et souvent versées en retard ; les logements en quantité insuffisante, exigus et parfois insalubres

Les salariéEs de l’administration de Paris 8 entrent dans leur huitième semaine de grève. En majorité des femmes, elles se battent pour une augmentation des salaires. Les grévistes demandent également la transparence dans la gestion des ressources de l’université (cf.
Les enseignantEs vacataires de Lyon 2 sont en grève depuis 5 semaines pour demander, entre autres, la signature d’un contrat de travail... et la paie qui va avec (voir l’Anticapitaliste n°275).
Le «collectif des bas salaires» de l’université Vincennes/Saint-Denis entre dans son second mois de grève (cf. l’Anticapitaliste n°277)...
Les enseignantEs vacataires de Lyon 2 sont en grève depuis lundi 26 janvier à l’appel du collectif des précaires. Ils exigent un contrat de travail... et la paie qui va avec !
François Hollande s’est penché sur la précarité et l’exclusion ce 14 octobre en rendant visite à des associations humanitaires à Clichy (92). Au programme, visite de locaux et table ronde avec des associations. L’hypocrisie d’une telle visite saute aux yeux.
Le gouvernement a bel et bien agréé l’accord Unedic du 22 mars dernier. Cet agrément est donc officiel depuis le 26 juin, onze ans jour pour jour après l’agrément par la droite du protocole Unedic sur l’assurance chômage des intermittents. La date est un symbole...
L'accord UNEDIC, signé le 22 mars dernier, a été agréé par le ministre du travail. Il est paru au journal officiel hier matin, 26 juin 2014, 11 ans jour pour jour après l'agrément, en 2003, du protocole Unedic sur l'assurance-chômage des intermittents du spectacle.
Le médiateur Jean-Patrick Gille, nommé en catastrophe le 7 juin dernier par le gouvernement Valls, a remis ce jeudi 19 juin son rapport. Dans la foulée, Manuel Valls a proposé ce soir de gagner du temps en repoussant à plus tard la question du différé d'indemnisation qui sera  provisoirement comp
À Uzès (30), à la fin de nombreux contrats précaires, trois intérimaires d’Haribo – Jimmy, Sylvain et Jilali – ont décidé d’attaquer la direction de l’usine devant les prud’hommes de Nîmes en 2013. 

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à précarité