précarité

Les bourses qui ne dépassent pas quelques centaines d’euros et souvent versées en retard ; les logements en quantité insuffisante, exigus et parfois insalubres

L’« ubérisation » du travail se développe dans de nombreux pays d’Europe. Et avec elle, des statuts au rabais sont inventés pour donner l’illusion d’une protection accordée à des travailleurs précaires toujours plus nombreux.
Depuis le début des années 2000, le nombre d’actifs non salariés augmente. Ils sont désormais trois millions, soit environ un actif en emploi sur 10.
L’ubérisation est en marche et rien ne l’arrêtera, à en croire les nouveaux utopistes (bien payés) du libéralisme. La preuve, aux Etats-Unis, le salariat serait en plein recul, la majeure partie des créations d’emplois se ferait en « free lance », grâce aux nouvelles technologies.
Quoi de commun entre Couchsurfing, BlaBlaCar, LeBonCoin, et des mastodontes de la « nouvelle économie numérique » comme Uber et Airbnb ?
Puisque les publicitaires se prennent souvent de nos jours pour les prophètes des temps à venir, laissons d’emblée la parole à l’un d’entre eux, Maurice Lévy, le patron de Publicis.
Uber une merveilleuse aventure technologique ? En fait, l’usage d’applications mobiles de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs serait compatible avec d’autres formes d’organisation du transport des personnes.
Le débat fait rage au sein des économistes standard : le capitalisme est-il condamné à la stagnation économique ou peut-il rebondir grâce à une nouvelle vague d’innovations ? 
Uber est l’entreprise emblématique de la nouvelle économie dite « collaborative », mieux définie par les termes « économie du service à la demande »1 où prestatair
Face à la mobilisation de la jeunesse contre la loi travail, le gouvernement tente de désamorcer la colère de deux manières : en jetant de l’huile sur le feu avec la répression, et en annonçant une série de mesures censées améliorer nos conditions de vies et d’insertions professionnelles...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à précarité