précarité

Les intermittentEs du spectacle ont un intérêt objectif (et pas seulement politique, éthique ou moral) à défendre les droits de l’ensemble des chômeurs et chômeuses.

À l’École normale supérieure (Paris 5e), le mouvement contre la réforme des retraites s’est prolongé en lutte offensive contre la précarité et pour les salaires, grâce à l’unité étudiants/personnels, le volontarisme d’une avant-garde large, des blocages et des grèves.
Une trentaine d'employés de Pôle emploi, soutenus par plusieurs organisations syndicales, dont le SNU-FSU, la CGT, SUD, occupent actuellement la direction générale de Pôle emploi, à la Porte des Lilas, pour exiger l'embauche en CDI de personnels précaires depuis plusieurs années.
 Avec un million de non-titulaires, l’État, les collectivités territoriales et les hôpitaux sont les premiers employeurs de salariés précaires en France (voir le dossier dans Tout est à nous ! n° 85).
Le gouvernement vient de préciser son projet de loi concernant les non-titulaires de la fonction publique.
À l’École normale supérieure (ENS) de Paris, l’assemblée générale (AG) a associé de façon volontariste les Biatoss (personnels administratifs, techniques et de bibliothèques) au mouvement contre la réforme des retraites.
Le chômage ne baisse pas (+ 20 % de chômeurs de longue durée en un an) et pourtant le gouvernement annonce la suppression de 1 800 postes à Pôle Emploi.
Le 11 décembre, le « Collectif citoyens résistants : la lutte continue » a organisé une soupe populaire à Saint-Claude (Haut-Jura).
Le 9 décembre, une centaine de salariéEs contractuelLEs de la fonction publique se sont réuniEs au Trocadéro, à Paris, à l’appel de l’intersyndicale CGT-Solidaires- FSU-Snes, pour dénoncer leurs statuts précaires et exiger leur titularisation.
Le 4 décembre à nouveau, les organisations de chômeurs invitaient le monde du travail à se mobiliser contre le chômage et les précarités. Ces manifestations ont été initiées il y a près de dix ans, afin d’obtenir le déblocage des fonds de solidarité de l’Unedic non versés pendant l’année.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à précarité