précarité

En matière d’exploitation et d’instabilité au travail, la difficile situation des professeurEs de l’enseignement privé hors contrat est mal connue.

Le gouvernement a annoncé à la fin de l’été une réduction drastique des emplois aidés.
Le RSI regroupe 6,6 millions d’artisans, de commerçants, et de professions libérales. Il a été créé en 2006 par la fusions de plusieurs caisses d’artisans et de commerçants. 
Le gouvernement a profité de l’été pour annoncer la non-reconduction d’une grande partie des contrats dits « aidés ». Une décision violente et cynique qui jette à la rue 150000 personnes, lourde de conséquences pour une grande partie de la population.
Précaires, atomisés, individualisés, voire libéraux… les adjectifs ne manquaient pas pour décrire les secteurs ubérisés, et les considérer comme impossible à organiser. C’est la démonstration du contraire qui a été réussie avec les livreurs de Deliveroo depuis le début du mois d’août.
Le 11 août dernier était organisée la première grève d’ampleur chez Deliveroo. Parti de Bordeaux fin juillet, le mouvement de contestation s’est rapidement étendu à Lyon puis à Paris et suscite un large intérêt médiatique.
Vendredi 7 juillet a été publié un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEFH) : « Santé et accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité ».
Entretien.
Les promoteurs du revenu universel nous matraquent que c’est « la fin du travail »… C’est plutôt l’explosion de la précarité et la multiplication des « formes alternatives » au salariat à laquelle on assiste !
“Une plongée dans l’univers impitoyable de la distribution de prospectus publicitaires, où la performance est exigée de tous les candidats, y compris les octogénaires. Une équipe en immersion constate qu’elle travaille pour un salaire largement inférieur aux heures effectuées.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à précarité