PMA

Ils n’ont pas peur du ridicule, les réacs anti PMA : ni dans leurs argumentaires ni dans le chiffre annoncé de participants à leur manifestation du dimanche 6 octobre (600 000 !). Et ils pourraient presque nous faire rire si leur discours restait sans conséquence.

C’est la promesse de Macron depuis le coup d’envoi de sa campagne présidentielle : l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes célibataires. La PMA pour touTEs, c’est toujours pour demain…
Sur un malentendu, on a failli obtenir l’allongement de 12 à 14 semaines du délai pour une IVG.
L’association anti-PMA « bouge pour ton père », nouvel avatar de la manif pour tous, voulait défiler ce samedi 15 juin contre l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.
Après l’avoir, comme d’autres, incluse dans ses promesses de campagne, le gouvernement Macron a promis une loi bioéthique pour janvier 2019, dans laquelle serait intégrée la procréation médicalement assisté (PMA), peu de temps après l’avis favorable du Conseil consultatif national
Il y a 5 ans, l’extension de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et aux femmes seules était déjà une promesse du gouvernement Hollande : avec le « Mariage pour tous », elle était censée assurer une égalité entre personnes homos et hétéros dans la loi.
Mardi 12 septembre, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes a annoncé que dans le cadre de la révision de la loi bioéthique, le gouvernement permettrait l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.
PMA : les promesses non tenues
Plus de 2 ans après la trahison du Parti Socialiste, la colère n'est toujours pas retombée.
Mercredi 1er juillet, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) a publié un avis recommandant l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, « quelles que soient leur conjugalité et leur sexualité ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à PMA