pandémie

Les images des hommes en blanc dans les mouroirs d’Ebola ont marqué les esprits. Du Sida au Zika, en passant par le SRAS, le H5N1 ou le H1N1, ce début de siècle semble marqué par le retour du temps noir des épidémies. 

Suite à la crise financière, les pays donateurs ont encore réduit leur contribution à l’OMS, qu’ils ont toujours regardée avec beaucoup de suspicion...
Le virus Ebola a été identifié pour la première fois en 1976 en République démocratique du Congo. Mais quarante ans et des milliers de morts plus tard, il n’y avait toujours pas de vaccin au début d’une épidémie qui allait faire plus de 25 000 mortEs recensés, bien plus en réalité...
Après la pandémie grippale à H1N1 de 2009, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a été accusée par le prestigieux British Medical Journal et par le Conseil de l’Europe d’avoir favorisé les trusts de la vaccination... 
A la tribune de l’ONU, la présidente de Médecin sans frontières a dénoncé  « la coalition mondiale de l’inaction » face à Ebola. Au-delà des déclarations des gouvernants, celle-ci perdure : le profit des trusts et l’austérité des Etats passent avant la santé du monde. 
Kaci Hickox est une infirmière de 33 ans. Elle revient d’une mission éprouvante en Sierra Leone avec Médecins sans frontières (MSF). Elle n’a pas de fièvre, aucun symptôme d’Ebola.
Avec des personnes contaminées aux USA et en Espagne, voilà la grande peur et la tentation de fermer les frontières. Et ce qui devrait être un non-événement, la prise systématique de température à l’arrivée du vol Conakry-Paris, prend des allures de ligne Maginot.
Selon les derniers pronostics du Centers for Desease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis, si la pandémie d’Ebola continue à progresser au rythme actuel, elle pourrait toucher 1,4 million de personnes au Liberia et en Sierra Leone d’ici janvier
L’épidémie d’Ebola révèle de manière dramatique l’extrême faiblesse des services de santé des pays touchés, conséquence des politiques ultralibérales imposées par l’Occident, qui ont mis en pièce les services publics.
Une épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola se développe en Afrique de l’Ouest. Elle a déjà fait plus de 2 000 morts. Au Sierra Leone et au Liberia, elle est hors de contrôle. Les structures d’isolement sous-équipées sont débordées, refusent de nouveaux malades.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à pandémie