nucléaire

Comme partout, EDF doit faire face à une hausse de l’absentéisme pour cause de crise sanitaire. Au moins cinq centrales nucléaires (Fessenheim, Gravelines, Flamanville, Belleville, Cattenom), soit 16 réacteurs sur les 58 du parc ont détecté des salariés porteurs du coronavirus.

Alors qu’à la mi-octobre 2019 était évoquée par le gouvernement et Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France, le rapport rendu par Jean-Martin Folz, l’ancien patron de PSA, pointe une gestion financière calamiteuse. 
« Nancy en état de siège » titrait en « Une » l’Est républicain du 28 septembre.
Depuis 25 ans, l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) souhaite enfouir les déchets radioactifs les plus dangereux dans le sous-sol de Bure, dans la Meuse, au sein de l’installation Cigéo.
Énergie propre et bon marché, nous ont seriné pendant des décennies les chantres du nucléaire français. De plus en plus, l'évidence s'impose : l'industrie nucléaire n’est ni bon marché, ni « propre ».
L'industrie nucléaire a longtemps cherché à minimiser ou à nier la question du démantèlement des installations nucléaires.  Quand les centrales ont été construites, l'idée de les démonter un jour n'avait pas été anticipée par les ingénieurs d'EDF et du CEA. 
0)     INTRODUCTION
Hier, différents lieux de vie contre le projet CIGEO d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) ont été perquisitionnés, 8 personnes mises en garde à vue pour 48 ou 96 heures.
Près de 2500 personnes se sont retrouvées à Bar-le-Duc le 16 juin pour refuser l’enfouissement des déchets nucléaires, à 500 mètres sous terre, de façon irréversible. 
Bernard Ravenel (historien, ancien président de l’Association France-Palestine solidarité) et Patrice Bouveret (de l’Observatoire des armements) ont répondu ensemble à nos questions.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à nucléaire