metallurgie

En avril 2014, la vente de la division énergie d’Alstom (usine de Belfort) à General Electric est annoncée par Patrick Kron, PDG d’Alstom, pour un montant de 13 milliards de dollars. Le ministre de l’industrie Montebourg est furieux car mis devant le fait accompli.

Sous le lion de Belfort, une banderole géante proclame : « Soutien aux salariés de général Electric ».
L’usine Bosch de Rodez en Aveyron, avec 1 600 salariéEs, ne produit que pour le diesel. Les deux lignes de production actuellement en place pour les injecteurs seront obsolètes en 2020 suite à un changement de normes antipollution connu depuis quatre ans.
La Direccte a rejeté le plan social qui prévoyait 345 licenciements sur le site de General Electric Hydro à Grenoble. 
Note brève sur le mouvement de grève d’avertissement des métallos en Allemagne, par Manuel Kellner
Entretien. Depuis le 3 octobre les salariéEs de General Electric (GE) à Grenoble sont en grève contre la suppression de 345 postes de travail, soit la moitié des postes de l’entreprise.
À l’acide et vraisemblablement pas qu’à l’acide... L’affaire dont les tribunaux se saisissent remonte au dernier trimestre 2016, et pourrait révéler une pollution bien antérieure.
Mercredi 5 et jeudi 6 juillet, les travailleurs de GM&S de La Souterraine sont allés bloquer un site de production de Peugeot, une fonderie à Sept-Fons, dans l’Allier...
Alors que la campagne présidentielle de 2012 avait vu les candidats faire le tour des entreprises menacées par les plans sociaux et les fermetures, rien de tel en 2017.
Après l’annulation d’un premier CE extraordinaire, c’est finalement mardi 24 janvier que la fermeture du site Whirlpool d’Amiens a été annoncée.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à metallurgie