MEDEF

Le Medef et divers « partenaires » ont organisé une vaste opération de communication le 14 mai à la MC2 (Maison de la culture) à Grenoble intitulée « les Trophées de la paix économique » afin de promouvoir une prétendue « révolution managériale ».

Mercredi 9 mars, le président du Medef, Pierre Gattaz, a adressé à la présidente de la CGC, Carole Couvert, deux SMS qui se sont retrouvés dans la presse. « L’attitude de la CGC est incompréhensible et nuisible. Vous avez déjà planté la loi MDS [Modernisation du dialogue social].
Lundi 15 février, en évoquant pour la première fois « des contreparties » au titre du Pacte de responsabilité, le Premier ministre a fait mine de menacer le patronat qui ne respecterait pas ses engagements en matière de création d’emplois en échange des milliards versés par l’État depuis janv
Par Clémentine Autain (Ensemble), Olivier Besancenot (NPA), Eric Coquerel (Parti de gauche), Gérard Filoche (PS), Willy Pelletier (Fondation Copernic), Pierre Laurent (PCF), Eric Beynel (Solidaires), Fabrice Angei (CGT) et Noël Daucé (FSU)
« Il faut un électrochoc et un vrai traitement économique de l'emploi », a déclaré Gattaz, le patron du Medef, dans une interview au journal Les Échos... 
Le désaveu qui s’est exprimé lors des élections régionales dans le vote Front national ou dans l’abstention n’y fait rien. Les dirigeants du gouvernement et des partis de droite sont déterminés à continuer la même politique, toute entière au service du Medef.
Gattaz aurait voulu donner un coup de pouce au FN qu'il ne s'y serait pas pris autrement qu'en plaçant le programme économique du FN, son “seul problème”, au centre du débat des régionales.
En français puis en allemand et désormais en anglais, Valls, VRP du social-libéralisme, clame à tout va son amour de l’entreprise et du business.
Emmanuel Macron s’est platement excusé de ses propos scandaleux au sujet des salariées des abattoirs Gad placés en liquidation judiciaire : « il y a dans cette société une majorité de femmes.
Partant de la promesse mensongère de créer 1 million d’emplois, le MEDEF ose avancer une série de propositions toutes plus provocatrices les unes que les autres : suppression de 2 jours fériés sur les 11 existants, dérogation au salaire minimum, suppression de la notion de durée légale du travail

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à MEDEF