Marseille

Mercredi 16 janvier, le NPA 13 présentait ses « vœux anticapitalistes » en public.

La Plaine lutte pour garder ses habitants et ses habitantes, et pour les garder en bonne santé. À la Plaine, on n’oublie pas que Marseille, c’est aussi 40 000 logements insalubres dans lesquels vivent 100 000 personnes. 
«Ce qui arrive [à la Plaine] me fait beaucoup penser à ce que Marseille Aménagement [l’ancien nom de la Soleam, NDLR] a fait rue de la République en étouffant les commerçants et en les forçant à vendre à vil prix », explique Jean-Pierre Brundu, président de l’Université
« Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants. Le cœur de la ville mérite autre chose. » 1
De la sidération à la tristesse, puis de l’indignation à la colère. Marseille vit des heures graves qui laisseront des traces.
Lundi 5 novembre, deux immeubles se sont effondrés en plein centre-ville de Marseille, causant la mort de huit personnes. Un troisième a dû être détruit par les marins-pompiers car il menaçait de s’effondrer à son tour.
Lundi 5 novembre, 3 immeubles se sont effondrés à Marseille, provoquant des morts. Un « fait divers banal » dû à une pluie « banale »... d’après les premières constatations !
En novembre 2003, l’adjoint au maire de Marseille délégué à l’urbanisme, Claude Valette, déclarait : « On a besoin de gens qui créent de la richesse. Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants de la ville.
Marseille, rue d’Aubagne, 5 novembre 2018. Trois immeubles mitoyens s’effondrent en pleine journée, sur celles ou ceux qui y résidaient ou qui passaient à ce moment dans la rue.
Quand la mairie de Marseille décide de détruire un lieu de vie des classes populaires.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Marseille