Marine Le Pen

Lundi 16 septembre, lors d’une réunion avec les élus de la majorité, Emmanuel Macron a décidé de faire savoir qu’il ferait de l’immigration l’un des principaux thèmes de la seconde partie de son quinquennat.

Jet d’œuf devant une usine de transport bretonne, puis exfiltration de la cathédrale de Reims : le sacre de Marine Le Pen (MLP) en fin de campagne n’a pas eu lieu.
Les candidats au deuxième tour de la présidentielle prétendent consolider la Sécurité sociale, alors que leurs programmes ouvrent la voie à son démantèlement et à la destruction de ses fondements.
Marine Le Pen se qualifie pour le second tour, avec 21,3 % des suffrages, et bat son record de voix. Et ce serait normal ? 
Macron et Le Pen au second tour, c’est un résultat terrible pour les classes populaires. Macron est l’héritier direct de la politique libérale des gouvernements Hollande, le roi de la précarité, de l’uberisation.
«La France n’est pas responsable du Vél’ d’Hiv »... Par ce propos négationniste, Marine Le Pen vient d’ébranler sérieusement la stature de présidentiable respectable qu’elle s’était laborieusement construite.
«C’est en candidate du peuple que je me présente devant vous. Je veux vous parler de la France, et de rien d’autre »... C’est ainsi que Marine Le Pen a lancé sa campagne pour la présidentielle à Fréjus lors des « Estivales de Marine Le Pen ».
« Marine Le Pen, premier adversaire de François Hollande selon les Français » titrait en Une le Journal du Dimanche, prenant appui sur un sondage Ifop et publiant une longue interview de la présidente du FN.
Lors de la campagne électorale législative à Hénin-Beaumont en mai 2012, de faux tracts appelant à voter Jean-Luc Mélenchon ont été distribués par des militants d’extrême droite. Par leur contenu, ces faux tracts cherchaient à le déconsidérer.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Marine Le Pen