Libye

« La France restera au Mali, le temps qu’il faudra » : c’est la principale déclaration du président Emmanuel Macron lors de son déplacement à Bamako, dimanche 2 juillet 2017, où il a assisté au sommet des pays du « G5 Sahel » réunis pour lancer une nouvelle force militaire « anti-djihadiste »

La Libye continue de s’enfoncer dans le chaos sous l’effet des conflits violents entre les nombreuses milices armées.
Véritable réquisitoire contre l’intervention militaire en Libye, un rapport parlementaire britannique1 confirme les critiques ex
Il y a quelques mois, le Parlement britannique avait publié un rapport sur la guerre en Irak dénonçant les mensonges du président US Bush et du Premier ministre Tony Blair. Dans un nouveau rapport publié ce 14 septembre, il revient sur la guerre en Libye.
On dit que l’histoire est pleine d’enseignements. Mais selon que l’on est « d’en haut » ou « d’en bas », quel sens leur donne-t-on ?
Le régime est fondé – en large partie – sur le pouvoir personnel d’un « leader charismatique » qui restera au pouvoir sans interruption pendant 42 années...
Cela va faire tout juste cinq ans que l’intervention militaire franco-britannique en Libye a commencé, débutée le 19 mars 2011 et justifiée par la résolution numéro 1973 des Nations unies adoptée le 16 mars 2011 qui légitimait « le recours à la force » contre le régime de Kadhafi. 
Beaucoup ont vu dans la chute de Kadhafi, une simple opération de l’impérialisme, occultant pourtant un fait majeur : la mobilisation massive des populations contre une dictature.
L’intervention militaire française en Libye a déjà commencé avec l’envoi des forces spéciales ayant pour mission le renseignement et l’identification des cibles pour les frappes aériennes futures.
Les gouvernements occidentaux continuent toujours leur pression sur les différentes factions libyennes afin qu’elles acceptent le gouvernement d’union nationale fondé sous la houlette des Nations unies.

Pages

S'abonner à Libye