libertés démocratiques

Le 11 avril dernier, le lanceur d'alerte Julian Assange était arrêté à l'ambassade d’Équateur par les autorités britanniques, après que le nouveau président équatorien Lenin Moreno lui a retiré l'asile diplomatique.

Dans le cadre du cycle « autoritarisme » de notre université d'été, consacré aux mutations autoritaires des démocraties parlementaires/bourgeoises, un atelier était consacré à la situation française et à la gouvernance autoritaire de Macron, Castaner et Cie, éclairée par les écrits
L’initiative, organisée le 26 juin, est partie de l’Assemblée citoyenne de Sotteville (AC), qui réunit des Gilets jaunes et des citoyenEs de Sotteville et d’ailleurs, depuis plus de 3 mois.
Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer, dans nos colonnes, la multiplication des attaques contre la liberté de la presse et le droit d’informer, particulièrement préoccupante depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron.
La manifestation parisienne du 1er mai a été l’occasion, pour le pouvoir, de franchir un nouveau cap répressif.
Deux journalistes indépendants, Alexis Kraland et Gaspard Glanz ont été interpellés samedi dernier à Paris, lors de l'acte 23 des Gilets jaunes.
Deux journalistes indépendants, Alexis Kraland et Gaspard Glanz ont été interpellés samedi dernier à Paris, lors de l'acte 23 des Gilets Jaunes.
Jeudi 11 avril, Julian Assange, co-fondateur de Wikileaks, a été arrêté par la police britannique à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il jouissait de l’asile politique depuis 2012. 
Mardi 5 février, les députés ont adopté, en première lecture, la proposition de loi dite « anticasseurs », par 387 voix contre 92 et 74 abstentions.
Le gouvernement vient d’interdire coup sur coup les manifestations contre les violences faites aux femmes (21 novembre), pour les migrantEs (22 novembre), pour le climat (29 novembre et 12 décembre).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à libertés démocratiques