LGBTI

Le 11 juin 2019, la Haute Cour du Botswana, pays d’Afrique australe anciennement colonisé par l’Angleterre, a voté la dépénalisation des relations homosexuelles. Depuis 1965, la loi sanctionnait les relations lesbiennes et gays par des peines de prison pouvant aller jusqu’à 7 ans.

Du 4 au 7 décembre, à Paris, le colloque reviendra sur l’œuvre du cinéaste Lionel Soukaz.
Les partisans de « la manif pour tous » ont, dans la dernière étape de leur mobilisation, multiplié les références à un « Mai 68 à l’envers », un « contre-Mai 68 » ou encore un « Mai 68 de droite »1.
Telle est la question qui semble si difficile à trancher pour le Comité consultatif national d’éthique, qui préfère reporter son débat à 2014...
Dimanche 30 juin, au lendemain de la Marche des Fiertés, à l’appel du collectif OuiOuiOui, une réunion lançait un nouveau réseau LGBTI combatif pour poursuivre les mobilisations jusqu’au bout.
Avec les manifestations contre le droit au mariage pour touTEs, l’homophobie sert de   ciment à tous les réactionnaires et ennemis de l’égalité, encouragés par les reculs du   gouvernement et son indulgence honteuse envers les violences de haine.
Après plusieurs mois de débats parlementaires et d’agitation homophobe, la loi dite « mariage pour tous » a été adoptée le 23 avril.
Quelles que soient les polémiques de chiffres, les réacs ont rassemblé 150 000 personnes d'après la police, un million d'après les organisateurs.
Hollande a promulgué la loi sur le mariage pour tous le 18 mai, au lendemain de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Une « provocation » pour Frigide Barjot, qui manifestera… le jour de la Fête des mères.
Par Philippe Pignarre
La violence utilisée par les opposants au mariage pour tous ne peut que rappeler un autre épisode de la vie politique française : l’affaire Dreyfus. C’est la même haine, une coalition semblable regroupant une vieille France crispée autour de ses « valeurs » : autrefois l’armée...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à LGBTI