LGBTI

Le 11 juin 2019, la Haute Cour du Botswana, pays d’Afrique australe anciennement colonisé par l’Angleterre, a voté la dépénalisation des relations homosexuelles. Depuis 1965, la loi sanctionnait les relations lesbiennes et gays par des peines de prison pouvant aller jusqu’à 7 ans.

Selon le rapport de SOS Homophobie 2011, il y a quatre victimes par jour du fait de l'homophobie existante. Les discriminations et les violences sont toujours présentes à l'égard des lesbiennes, gays, trans et bisexuel-LE-s et ce malgré les quelques avancées obtenues comme le Pacs.
Il y a quatre victimes de l’homophobie chaque jour selon le rapport SOS homophobie 2011... Et combien qui ne se signalent pas ?
Le 14 juin, la majorité des députés ont voté contre l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe.
 Alors que cette année encore la Gay Pride de Moscou était interdite par les autorités, les manifestants ont été agressés par un groupe de néonazis et de religieux orthodoxes portant des croix et faisant référence à la Bible.
Alors que les militants LGBTI organisaient la première Gay Pride, toujours interdite depuis 2006 dans la capitale russe, des contre-manifestants homophobes se sont rassemblés et des violences ont éclatés.
La député UMP de Montauban, Brigitte Barèges, a tenu des propos homophobes lors de l'examen par la commission des lois de l'assemblée nationale de la proposition du Parti Socialiste d'ouvrir le mariage au couples homosexuels.
Le NPA proteste contre les violences policières qui se sont déroulées en marge de la Gay Pride de Tours, samedi 21 mai, suite à des provocations de militants d'extrême droite. Des policiers en uniformes sont alors intervenus et s’en sont pris alors à la foule qui commençait à se rassembler.
Depuis quelques années, le 17 mai est une journée consacrée à la sensibilisation contre les violences homophobes et transphobes.
Début juillet, deux lesbiennes ont été attaquées à coup de barres de fer, en pleine nuit, alors qu'elles rentraient chez elles, par un couple qui a ensuite pris la fuite.Les propos proférés (« Qui fait l'homme ? ») ne laissent aucun doute quant à la nature lesbophobe de l'agression.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à LGBTI