Italie

C’est donc en 2018 que la formule « l’extrême droite est aux portes du pouvoir » est devenue caduque en Europe. Au pouvoir, elle y est, en Pologne, en Hongrie, en Autriche, et maintenant en Italie, quatrième puissance économique du continent.

Le nouveau gouvernement italien n’a pas tardé à montrer son vrai visage réactionnaire.
Les ItalienEs, d’abord favorables au projet d’unité européenne, ont peu à peu changé de position face aux politiques d’austérité menées par les gouvernements de centre droit et de centre gauche (justifiées chaque fois par les directives européennes et avalisées par les grandes orga
En Italie, 68 fut à la fois un événement et un long processus. Il n’a pas duré quelques mois comme cela a été dit pour tenter de le dépouiller de tout lien avec « l’après ».
Après plusieurs coups de théâtre, le gouvernement Lega/M5S est né le 1er juin, grâce au rôle décisif joué par le président de la République Mattarella dans sa formation et sa composition.
La crise gouvernementale, qui semblait en voie de résolution avec l’accord entre le mouvement Cinq Étoiles et la Ligue, s’est au contraire renforcée et transformée en crise institutionnelle.
De l’autre côté des Alpes, ce n’est pas la même approche, en termes de discours économique et social, qui prévaut à l’extrême droite, au moment où nous mettons sous presse.
Deux mois après les élections générales du 4 mars, les forces politiques italiennes n’ont pas réussi à former un gouvernement de coalition ni à construire une majorité parlementaire.
Dans la seconde moitié des années soixante, ce sont les hippies, la mode beat, qui ont ouvert la voie suivie par le mouvement des étudiantEs contestataires.
Réalisé par Annarita Zambrano (2017).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Italie