Italie

La crise sanitaire italienne, après trois semaines de confinement, prend des aspects encore plus dramatiques et, jusqu’à maintenant, il n’y a pas de signes probants de limitation de l’épidémie : elle a désormais [au 29 mars] touché plus de 80 000 personnes et fauché plus de 10 000 victimes. 

Ce qui se passe en Italie, premier pays occidental et capitaliste frappé par le virus, est édifiant.
En Italie, le confinement est généralisé depuis une semaine par des mesures coercitives semblables à celles décidées par le gouvernement Macron.
La situation créée par l’épidémie de Covid19 met en lumière toutes les contradictions de la société capitaliste.
Nous ne sommes pas de la chair à patron !
Par Sinistra Anticapi
Nadia De Mond, membre de Communia network (IVe Internationale), raconte le développement de l’épidémie de Coronavirus qui s’est répandue en Italie et sur les revendications et actions mises en avant par les militantEs anticapitalistes sur place.
Le coronavirus est arrivé en Italie. Il a directement atteint le cœur de cette Europe riche et aseptisée, enjambant les pays pauvres, en faisant la nique à cette Europe barricadée contre les migrantEs et les réfugiéEs.
Chaque fois que l’on vote en Italie, on dirait que le monde va s’écrouler.
La situation politique italienne est marquée par un mouvement nouveau et particulier, celui des « sardines », qui a vu descendre dans la rue, au total, plusieurs centaines de milliers de personnes, dont beaucoup de jeunes, et qui a culminé lors de la grande manifestation de Rome du

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Italie