Israël

Entretien. Une semaine après sa libération, au terme de 13 mois d’emprisonnement, nous nous sommes entretenus avec notre camarade Salah Hamouri.

Comment vas-tu, une semaine après avoir quitté la prison ? 

Aux sources de l’oppression juridique et judiciaire des PalestinienEs1.
Les luttes anticoloniales, anti-racistes et anti-apartheid ont toujours été confrontées à des politiques d’enfermement de masse.
Les bonnes nouvelles venues de Palestine sont rares. Nous ne pouvons donc que nous réjouir de la libération, le 30 septembre, de notre camarade Salah Hamouri, après une nouvelle période de détention de plus de 400 jours dans les prisons israéliennes.
Une Flottille pour Gaza, partie de Suède le 15 mai 2018, est en passe d'atteindre la zone dans laquelle Israël n'a pas hésité à tuer des militants pacifiques, en 2010, pour maintenir le blocus sur la bande de Gaza. 
Raciste, discriminatoire, colonial : nous ne nous sommes jamais privés, au côté des PalestinienEs et de leurs soutiens, d’attribuer ces divers qualificatifs à l’État d’Israël.
C’est un vote à bien des égards historique. Les sénateurEs irlandais se sont majoritairement prononcés, mercredi 11 juillet, en faveur d’un boycott des produits issus des colonies israéliennes.
Quelques jours après l’annonce, par les autorités israéliennes, de la prolongation de la détention de Salah Hamouri, nous avons rencontré Elsa Lefort pour faire le point sur la situation de son époux Salah et sur la campagne pour sa libération.
C’est une des nouvelles obsessions de l’État d’Israël : la lutte contre les… cerfs-volants.
Bernard Ravenel (historien, ancien président de l’Association France-Palestine solidarité) et Patrice Bouveret (de l’Observatoire des armements) ont répondu ensemble à nos questions.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Israël