islamophobie

De Nedjib Sidi Moussa, Libertalia, 2017, 8 euros. 

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu cette semaine deux arrêts concernant le port du voile dans des entreprises privées...
La Ville de Paris a décidé de mettre en place un dispositif de surveillance entre collègues au nom de la lutte contre la « radicalisation ».
Cet été, les arrêtés sur les burkinis ont fait l’actualité. S’ils étaient évidemment islamophobes, ils s’attaquaient aussi au droit des femmes à disposer de leur corps… cela sous le prétexte de défendre le droit des femmes !
 A propos du texte publié par Lutte ouvrière dans la LDC datée de février 2017 et ses contempteurs 
Le 15 janvier 2017, Lutte Ouvrière (LO) mettait en ligne sur son site
Dans un livre dont L’Express vient de publier des extraits, Un président ne devrait pas dire ça (sic), François Hollande déclare : « La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain.
A travers la multiplication d’arrêtés municipaux interdisant le port du « burkini », la France a vécu cet été une nouvelle étape dans l’offensive islamophobe qui sévit dans le pays depuis tant d’années. Et une fois encore, c’est la classe dirigeante qui est à la manœuvre. 
En plongeant les populations dans l’horreur d’un terrorisme aveugle et criminel, les ignobles attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray ont offert aux classes dominantes l’occasion de redéployer une offensive autoritaire et raciste.
Jean-Pierre Chevènement va prendre la tête de la Fondation pour l’islam de France, un organisme lié au gouvernement qui a pour mission d’exercer un contrôle sur le financement des lieux de culte et sur la formation des imams.

Pages

S'abonner à islamophobie