islamophobie

Le président Macron en difficulté, au plus bas dans les sondages, empêtré dans son impopulaire réforme des retraites, tente de détourner l’attention des questions sociales vers la haine des musulmanEs en prétendant lutter contre le « séparatisme islamiste ». La ficelle est grosse.

La tuerie raciste de Hanau n'est pas un coup de tonnerre dans un ciel serein.
Ce sont donc neuf personnes qui ont été tuées lors de l’attentat raciste perpétré à Hanau, en Allemagne, le soir du 19 février. Neuf personnes dont le seul tort était de se trouver dans des bars à chicha, visés par un tueur raciste, qui a en outre fait plusieurs blessés graves.
Tout à sa stratégie de concurrencer le RN sur son terrain raciste, Macron, à un mois des municipales, vient de proclamer haut et fort – complaisamment relayé par les grands médias – son « offensive républicaine » contre le « séparatisme islamiste ».
Les élections législatives indiennes d’avril et mai derniers s’étaient soldées par la victoire de Narendra Modi, leader de l’extrême droite hindouiste, avec une confortable majorité de 303 sièges sur 543 pour son parti, le BJP (Bharatiya Janata Party).
La marche contre l’islamophobie du 10 novembre, appelée dans une tribune publiée 10 jours plus tôt, a été indéniablement un succès.
L’appel à la marche « Stop à l’islamophobie » du 10 novembre (à Paris, rendez-vous 13h à Gare du Nord) est à bien des égards un tournant.
Une tribune publiée sur liberation.fr le 1er novembre, de laquelle le NPA est partie prenante.
Un homme de 84 ans a tenté d’incendier la mosquée de Bayonne et tiré sur les deux hommes qui essaient de l’en empêcher, les blessant grièvement.
Cela fait désormais plus de 15 ans qu’éclatent en France, à intervalles plus ou moins réguliers, des « polémiques » islamophobes, au cours desquelles on assiste à un déchaînement toujours plus violent de haine contre les musulmanEs.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à islamophobie