Iran

Le gouvernement iranien ne reconnaît pas les syndicats créés par les salariéEs. Il les réprime régulièrement, ainsi que les grèves qu’ils organisent. Il en va de même pour leurs manifestations, notamment à l’occasion de la célébration du 1er Mai.

Le scepticisme est de mise lorsque les médias glorifient ce qu'ils prétendent être des mouvements démocratiques contre des régimes déplaisants.
Ce qui se passe en Iran est une révolte spontanée, ingénieuse et indépendante d’un peuple frustré de trente ans de tyrannie d’un régime obscurantiste religieuse, déclenchées par la fraude électorale.







Un entretien avec Mina Parto, une militante du Comité de Solidarité avec la Lutte du Peuple en Iranen Belgique...
Tout de suite après les élections du 12 juin 2009 en Iran, la Campaign for Peace and Democracy (Campagne pour la Paix et de Démocratie – Etats-Unis) a publié une déclaration exprimant résolument notre soutien aux foules d'Iraniens qui protestaient contre la fraude électorale, et no

Face aux manifestations, la République islamique s'est lancée dans une répression à grande échelle. 

Le conflit politique violent qui oppose les leaders du régime politique iranien aurait-il sombré dans le sang si n’était aussi fortement présente l’inclination au populisme de M. Ahmadi Nejad ?
Tous les observateurs avaient souligné la dynamique qu’avait suscitée la candidature de Mir-Hossein Moussavi, principal opposant au président de la République sortant Mahmoud Ahmadinejad. Personne n’avait prévu cependant une telle mobilisation pour contester le résultat officiel du scrutin.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Iran