Iran

L’État iranien commémore à sa façon l’arrivée au pouvoir des mollahs en février 1979. Quant à la presse internationale, elle présente l’épisode comme le début d’une ère de souffrances pour l’Iran succédant au pouvoir éclairé du Shah.



La violence du régime iranien n'a pas empêché la mobilisation populaire de s'étendre et de s'approfondir depuis la réélection truquée d'Ahmadinejad, le 12 juin 2009.
C'est avec courage que le peuple iranien fait face depuis plus de six mois à une répression de plus en plus violente et meurtrière.
Six mois après le coup d'État électoral du président Ahmadinejad, malgré une féroce répression, la contestation continue.
Trois mois après la fraude électorale massive qui a permis la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République, le régime iranien n’est pas près d’en finir avec la division en son sommet et de restaurer sa légitimité.
Nemat Safavi, 19 ans, a été condamné à mort le 30 octobre pour homosexualité par la cour d’Ardabil (nord-ouest de l’Iran) et pourrait être bientôt exécuté si la sentence est validée par la cour suprême. Détenu depuis trois ans, il a été arrêté pour « actes sexuels non admis ».








Mis à mal sur le plan intérieur par la persistance de la mobilisation démocratique, le régime iranien semble prêt  à faire des concessions sur le dossier nucléaire. 
Vendredi 18 septembre, à l’occasion de la journée de soutien au peuple palestinien, le peuple iranien a massivement pris le chemin de la rue. A Téhéran, Ispahan, Tabriz Mashhad ou Karadj, la population a défié les forces de sécurité qui avaient promis une répression sanglante.
Le scepticisme est de mise lorsque les médias glorifient ce qu'ils prétendent être des mouvements démocratiques contre des régimes déplaisants.
Ce qui se passe en Iran est une révolte spontanée, ingénieuse et indépendante d’un peuple frustré de trente ans de tyrannie d’un régime obscurantiste religieuse, déclenchées par la fraude électorale.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Iran