impérialisme

Les guerres que mènent les grandes puissances n’ont pas pour but, comme on nous l’affirme, de lutter contre le terrorisme et encore moins de soulager les peuples de la misère ou les débarrasser des dictatures qui les oppriment. 

La crise écologique oblige à réfléchir sur le fonctionnement même du capitalisme à l’échelle de la planète. C’est ainsi un levier fondamental pour redonner tout son contenu subversif à notre critique marxiste du capitalisme, à la perspective du socialisme.
Tout au long de l'histoire du capitalisme l'exploitation des êtres humains est allée de pair avec la destruction de l'environnement, l'appropriation et le pillage des ressources naturelles.
La construction européenne conçue notamment pour devenir une entité capitaliste face à l'URSS et aux USA, a échoué à constituer un capitalisme européen industriel capable de prendre une part significative dans le marché mondial.
On trouvera sur le site NPA une contribution relative à l'impérialisme moderne.
 
Il y a un siècle, les marxistes se sont attachés à analyser le « neuf », à savoir l’ère impérialiste.
Le débat qui s’ouvre sur les questions stratégiques est une bonne nouvelle, et cela très clairement parce que nous n’avons pas, ni les unEs ni les autres, de réponses toutes faites ni définitives sur les questions qui nous sont posées.
Le monde serait-il devenu un « chaos » ? La formule fait florès depuis quelques temps.
1) La deuxième grande mondialisation capitaliste, un siècle après la première qui avait débouché sur le développement de l’impérialisme et deux guerres mondiales, a profondément transformé le capitalisme et la planète au point qu’il n’est plus possible de conserver la même grille de lecture des l

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à impérialisme