impérialisme

Au sommet de l’OTAN, qui s’est tenu le 11 et 12 juillet à Bruxelles, la tension était palpable entre Donald Trump et les chefs d’État des autres membres de l’alliance militaire.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont bombardé des objectifs en Syrie, suite à de nouveaux témoignages de l’usage d’armes chimiques par le régime Assad.
Une fois de plus, les gouvernements des USA, de la Grande-Bretagne et de la France se sont arrogé le droit de bombarder au Moyen-Orient.
Nous sommes le 15 février 2003. Un groupe de scientifiques manifeste contre la guerre sur une base de l’Antarctique. L’image fait le tour du monde. Parce qu’ils et elles sont loin d’être seulEs à manifester ce jour-là.
« Liban : la crise est apaisée, mais loin d’être résolue ».
Entretien avec Michèle Sibony, de l’Union juive française pour la paix (UJFP).Nous sommes en novembre 2017, soit 100 ans après la déclaration Balfour. Comment comprendre, avec le recul, ce choix du gouvernement britannique ?
Le 2 novembre 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères, Arthur Balfour, adressait une lettre à Lionel Walter Rotschild, membre éminent de la communauté juive en Grande-Bretagne et grand argentier du mouvement sioniste.
Un siècle après la déclaration Balfour, Ramzy Baroud, journaliste et écrivain palestino-étatsunien, exprime un point de vue palestinien sur la décision britannique de 1917.
La sinistre chronique du terrorisme occupe régulièrement la une de l’actualité internationale avec son corollaire, la propagande obsessionnelle autour de « la guerre contre le terrorisme ».
« Nous assistons à la fin du faux État de Daech », a affirmé, la semaine dernière, le Premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi. La reprise de Mossoul serait une question de « jours ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à impérialisme