immigration

Les frontières de l’UE tuent et font  le lit de l’extrême droite : telles sont les conclusions qui s’imposent après la lecture du rapport de la Cimade intitulé « Dedans, dehors, une Europe qui s’enferme » (juin 2018)
Nous serons à Calais le 7 juillet, au côté des sans-papiers et des migrantEs et avec la marche solidaire pour exiger l’ouverture de la frontière.
Vendredi 29 juin, 28 pays européens ont signé un accord de la honte qui renforce toutes les mesures répressives déjà en œuvre contre les migrantEs et les demandeurs d’asile.
En renvoyant l’Aquarius et ses passagers, le ministre fasciste de l’Intérieur italien a brisé un tabou, celui d’un principe humanitaire de base, partagé jusqu’alors, au moins formellement, par la plupart des pays européens : le devoir d’assistance à personnes en danger. 
« Le passeport est la partie la plus noble de l’homme. D’ailleurs, un passeport ne se fabrique pas aussi simplement qu’un homme. On peut faire un homme n’importe où, le plus étourdiment du monde et sans motif raisonnable ; un passeport, jamais.
La tragédie de l’Aquarius vient rappeler les jours sombres de mai 1939, lorsque le Saint-Louis, avec à son bord 900 juifs fuyant le tout nouveau régime nazi, se vit refuser l’entrée dans de nombreux ports.
Retour sur l’étape parisienne de la marche Vintimille-Calais… et sur son contexte international. 
Adeline Hazan, contrôleuse des lieux de privation de liberté, vient de rendre son rapport de visite du service de la PAF de Menton. Celui-ci dénonce, chiffres et observations à l’appui, la situation scandaleuse que subissent ceux et celles qui tentent d’entrer en France.
Un vent mauvais souffle sur l’Europe. Un sale vent qui nous rappelle les pires heures de notre histoire. Celles des persécutions, des exclusions, du racisme et du fascisme.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à immigration