immigration

Car cela fait plus de trois mois que des dizaines de travailleurs sans-papiers sont en grève. Ils campent nuit et jour devant l’entrée de l’agence Chronopost d’Alfortville (dans le Val de Marne). Et ils se battent pour leur régularisation et leur titularisation.

Depuis le début de l’été, un bidonville de personnes réfugié-e-s et sans papiers a vu le jour dans un parc de la ville, aux abords d’un camping 3 étoiles.
Du point de vue des « problèmes liés à l’immigration » (comme ils disent…), la situation dans les villes de province est plus « soutenable » que dans les grandes agglomérations.
Lundi 16 septembre, lors d’une réunion avec les élus de la majorité, Emmanuel Macron a décidé de faire savoir qu’il ferait de l’immigration l’un des principaux thèmes de la seconde partie de son quinquennat.
A l’appel des jeunes migrantEs en lutte, des travailleurEs sociaux de l’ADATE en grève et les associations DAL 38, RESF, LDH 38, CIMADE, CISEM, SOLIDAIRES, CGT éducation, etc...
Samedi 7 septembre, 350 personnes ont manifesté leur colère pour que l’accueil des migrantEs dans la région ne se résume pas à devoir survivre dans la rue.
La carte bancaire sur laquelle l’allocation pour demandeurs d’asile (ADA) est versée chaque mois va devenir, alors qu’elle était un moyen de retrait d’argent liquide, une simple carte de paiement. Imaginez-vous du jour au lendemain privé de tout argent liquide.
Juste avant le 14 juillet, deux squats et un bidonville au moins ont été violemment évacués par la police à Bordeaux et sa Métropole, jetant environ 300 personnes à la rue. 
Capitaines courage contre vague brune : les « affaires » Carola Rackete et Pia Klemp comme symboles de la nécessaire lutte contre les politiques criminelles des gouvernements de l’Union européenne. 
Dans un rapport publié début juin 1, puis dans une lettre ouverte, plusieurs associations, syndicats et ONG mettent en caus

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à immigration