Haïti

D’importantes manifestations ont eu lieu à Haïti du 7 au 18 février 2019. L’île a été totalement paralysée : écoles, commerces, transports, administrations, tout était à l’arrêt. Des barricades ont été dressées, des blocages routiers interdisaient tout déplacement.

Vendredi 6 juillet, le gouvernement d’Haïti, obéissant en cela aux injonctions du FMI, décidait de ne plus subventionner certains produits, notamment les carburants.
Contrairement aux pronostics de certains journalistes et commentateurs, Haïti a été relativement épargnée par l’ouragan Irma. L’« hécatombe » prévue par certains vautours, qui semblaient se préparer à couvrir goulûment un énième drame à Haïti, n’a pas eu lieu.
Élections, ouragan, choléra... Haïti ne sort pas de la calamité dans laquelle l’île est plongée depuis bientôt six années. Le premier pays où les esclaves noirs s’affranchirent payent toujours le lourd tribu de ce glorieux passé...
À Haïti, ouragans et tremblements de terre ont des conséquences particulièrement graves. Pourquoi ?
Ce n’est plus la terre mais la rue qui tremble
À l’heure où la question de la dette traverse l’Europe, Hollande en voyage marathon aux Antilles a remis en lumière la question de la dette haïtienne. Dette morale et financière, Hollande efface l’une avec l’autre... sans crédit et avec le plus grand cynisme.
C’est au terme d’une lutte acharnée de douze années contre les nations européennes les plus puissantes de l’époque que la population esclave de Saint-Domingue a obtenu sa liberté.
Déjà 5 ans ! Haïti est toujours marquée par le terrible séisme de 2010, qui fit 230 000 mortEs, 300 000 blesséEs et 1,2 million de sans-abri. Depuis, l’île vit une ébullition sociale et politique.
Le tremblement de terre de 2010 en Haïti a fait plus de 200 000 mortEs et a détruit des centaines de milliers de logements. Leurs habitants se sont souvent retrouvés dans des camps de fortune. Des dizaines de milliers d’entre eux y résident encore...

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Haïti